Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2018

COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE - EDITO DU VICAIRE GENERAL

Le pape François dans la tourmente

logo cmdf (1).jpgfavart.JPG  Qu’un pape ait rendez-vous avec l’histoire, rien d’étonnant à cela. Ses gestes et ses écrits sont largement médiatisés, ses déplacements et ses rencontres le mettent en contact avec la diversité des peuples et des croyants, ses responsabilités et ses collaborateurs du monde entier l’obligent à ce rendez-vous, tout comme ses prédécesseurs. Reste à savoir s’il sait communiquer un souffle aux croyants et aux hommes de bonne volonté, s’il sera porté par la tournure des événements ou si des vents contraires auront raison de sa gouvernance.

François est son nom et ce choix annonce plus qu’un programme. Son style nous réjouit par sa simplicité, sa proximité et son attention fraternelle et conviviale. Se référer à saint François, c’est se référer à la porte étroite d’une fraternité universelle, sans céder à la facilité ou l’angélisme. Ce pape remet au centre l’hospitalité avec quiconque a perdu sa terre, sa famille, son travail. Il nous engage sur la voie d’une réconciliation exigeante avec la nature et nous convoque à prendre soin des blessés de la terre. On a dit de Jean XXIII qu’il avait ouvert les fenêtres de l’Eglise. François la déplace, la sort de sa zone de confort. Il la met en mouvement de réforme. Quand on sait le poids des habitudes et des structures, il faut une sacrée dose de courage ! Il la relance sur les chemins en l’incitant à se faire compagnons de route de nos contemporains. Il consulte et décide par des démarches synodales de grande ampleur. Il la renvoie à ses chères études afin qu’elle pense et discerne, non à partir du centre, de l’archétype, mais à partir des blessés, des migrants, des oubliés. François ne siège pas au-dessus de la mêlée, il fait face aux défis de notre temps au risque de s’exposer, tout comme Jésus lui-même s’est exposé à ses contradicteurs. On oublie souvent que ce que nous avons en commun, ce sont peut-être des valeurs, mais c’est aussi la croix, celle de conflits, de rivalités, de blessures infligées grevant la paix et la justice auxquelles nous aspirons pourtant. Aucune exhortation morale n’incitera à une conversion du regard ou un changement d’habitude. Le déplacement s’opère ailleurs et autrement. Sobriété heureuse, maison commune, justesse des relations sont les clés d’un catéchisme nouveau, qui s’apprend au plein vent des réseaux et du monde devenu grand laboratoire. Les maux sont ciblés : le Dieu argent, la culture du déchet, l’omnipotence du paradigme technocratique. C’est au prix d’une quête de paix avec soi-même, avec les autres et avec la nature que fleurira une joie plus profonde.

Les périphéries, l’hôpital de campagne, l’odeur des brebis, l’approche inductive, le chemin faisant, la justice envers les pauvres. « Vous allez dans le sens du pape ! » La remarque est souvent renvoyée à la Communauté Mission de France. De fait, à Rome, il m’est arrivé à plusieurs reprises d’entendre des cardinaux confesser : « la Mission de France est un bien grand mot pour ce que vous représentez, mais vous honorez, par votre présence aux périphéries et votre manière de vivre, la mission voulue par le pape François. »

Quand la tendance est à l’émiettement du tout, à la fragmentation du bien commun, la priorité va aux liens que nous sommes capables de tisser et non à la stigmatisation des personnes. Il n’est pas nécessaire de parler en permanence d’avortement, de divorce ou d’union homosexuelle. Ce qui importe, c’est la lumière joyeuse et contagieuse que fait naître la rencontre du Christ et de son Evangile. Dépouillement et recueillement sont les deux mamelles de l’évangélisation, qui consiste alors à contempler le Christ qui nous précède et ne point obstruer l’Esprit à l’œuvre.

On n’oubliera pas ici les victimes de la pédophilie pris dans une longue, trop longue tourmente. A trop mettre l’accent sur la paille encombrant l’œil des autres, le cléricalisme a négligé la poutre monstrueuse qui obstruait son propre regard.

Pape François, tiens bon le cap ! 

Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France