Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2018

20 JUIN : JOURNEE MONDIALE DU REFUGIE

Des déplacements de populations sans précédent

Des réfugiés kurdes syriens se rendent en Turquie en provenance de Syrie, près de la ville de Kobani. Photo HCR/I. Prickett

Selon le rapport annuel de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, les guerres, les violences et la persécution ont propulsé les déplacements forcés dans le monde vers un nouveau record, avec 68,5 millions de personnes déracinées en 2017, soit une toutes les deux secondes, soit environ la population de la Thaïlande.

Le terme « réfugié » fait référence à toute personne qui, « craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tells événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner », d'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les réfugiés qui ont fui leurs pays pour échapper au conflit et à la persécution représentent 25,4 millions sur les 68,5 millions de personnes déracinées, soit un accroissement de 2,9 millions par rapport à 2016 et aussi la plus forte augmentation jamais enregistrée par le HCR pour une seule année. Parallèlement, le nombre de demandeurs d’asile qui étaient toujours en attente de l’obtention du statut de réfugié au 31 décembre 2017, a augmenté d’environ 300 000 pour atteindre 3,1 millions. Les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays sont au nombre de 40 millions, soit un peu moins que les 40,3 millions de déplacés internes en 2016.et les pays en développement sont les plus affectés.

Un appel à la solidarité
Dans un monde où chaque jour la violence force des milliers de familles à fuir leur foyer pour survivre, c'est le moment pour la communauté internationale de se montrer solidaire avec les réfugiés.

#Avec Les Réfugiés
Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a donc lancé en juin 2016, la pétition # Avec Les Réfugiés afin d'envoyer un message clair aux gouvernements afin qu'ils coopèrent pour améliorer les conditions de vie des réfugiés.

La pétition demande aux gouvernements d’assurer que :

- chaque enfant réfugié soit scolarisé;
- chaque famille réfugiée puisse vivre en lieu sûr;
- chaque réfugié puisse travailler ou acquérir de nouvelles compétences afin de contribuer à sa communauté.

En cette Journée mondiale des réfugiés, nous rendons hommage à la force, au courage et à la persévérance de millions de réfugiés. C'est aussi l'occasion pour le grand public de montrer son soutien aux familles déracinées.

Signer la pétition!
Affiche promotionnelle de la pétition #AvecLesRéfugiés
Facebook
Twitter
YouTube
Les Nations Unies sur les médias sociaux

Lien : 20 JUIN JOURNEE MONDIALE DU REFUGIE

migrations.JPG

19/06/2018

LES AILES ET LES PERIPHERIES

logo cmdf (1).jpg

favart.JPG

Les ailes et les périphéries 

Le document préparatoire du Synode d’octobre 2019 sur l’Amazonie invite à dessiner les contours d’une Eglise au visage amazonien. En fidélité à l’encyclique Laudato Si, il s’agira de penser l’évangélisation et la protection de la maison commune de manière connectée. On appréciera de lire tout haut et tout fort que « la mission évangélisatrice a toujours un contenu inévitablement social. »

Le document laisse entendre qu’un type de ministère officiel pourrait être confié aux femmes et laisse ouverte la question de l’ordination d’hommes mariés. Pour préparer ce défi, les communautés locales sont priées d’être créatives. « Il faut penser de nouveaux chemins pour que le peuple de Dieu ait plus fréquemment un meilleur accès à l’eucharistie. »

Quel malin ce pape François !
En rugby, ça s’appelle une stratégie de contournement.

Plutôt que d’affronter frontalement l’adversaire sur le terrain de la doctrine, et s’y casser les dents, on va envoyer le ballon aux ailes, aux marges, et là, on tente de franchir l’obstacle. Si le ministère des femmes s’avère pertinent au lointain de l’Amazonie, alors, dans un second temps, pourquoi pas ailleurs. « Les nouveaux chemins déployés par ce Synode auront une incidence sur les ministères, la liturgie et la théologie. » En lisant ces propos, on se prend évidemment à espérer. La Guyane, où notre ami Serge Baqué est présent, sera notre oreille.

D’aucuns, moins sensibles à l’argument ovale, auront repéré la pédagogie constante du pape : penser l’Eglise, penser la mission, penser la proximité du Royaume toujours à partir des périphéries. Vous me voyez venir. Rêvons un peu : penser l’Eglise, penser la mission à partir des périphéries rurales de la Creuse et populaires des quartiers Nord de Marseille. Tel est le passage à emprunter et à inventer.

En attendant, ou en même temps, c’est du côté de l’Amazonie qu’il nous faut tendre les oreilles pour nous convertir, depuis les périphéries ou les ailes, à d’autres modes de vie et de pensées. 

Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

QUAND UN EVÊQUE DIALOGUE AVEC UNE FIGURE DE LA FRANCE INSOUMISE

L’échange entre l’évêque d’Amiens, Mgr Olivier Leborgne, et le député La France insoumise François Ruffin donne lieu à un livre dense et étonnant (1).

PAIX INTERIEURE.JPG

(1) Paix intérieure et paix sociale, éd. Temps présent, 56 p., 5 €

La conférence, tenue le 2 avril, avait surpris paroissiens et militants, venus nombreux écouter les deux hommes. La retranscription écrite de cette rencontre entre Mgr Olivier Leborgne, évêque d’Amiens, et François Ruffin, député La France insoumise de la Somme, vient de paraître.

Un débat entre deux hommes publics, « l’un au service de l’Église, l’autre de la République », organisé par le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), dans le cadre du Printemps de la paix, prélude au Festival international de la paix qui aura lieu à Besançon en août.

« l’Église et la gauche ont des choses à se dire »
Réunir un évêque et un député de la gauche radicale, tous deux figures connues d’un territoire en difficulté, peut en effet surprendre. Une surprise cependant assumée par les organisateurs. Ainsi, selon Adrien Louandre, animateur du débat, il s’agissait justement de « montrer que l’Église et la gauche ont des choses à se dire ».

Hugues Pinel, permanent MRJC du département, en explique l’objectif : « Ouvrir un dialogue et susciter le questionnement. » Le résultat de l’ouvrage est à la hauteur de l’attente, peut-être parce que les deux débatteurs prennent soin de ne pas aborder frontalement leurs divergences.

En effet, si leurs vues diffèrent sur les sujets économiques et sociaux, leurs approches sont largement complémentaires. Les combats politiques que le député évoque rappellent ainsi l’engagement pour la préservation de la vie et la dignité de l’homme qu’introduit l’évêque. Un combat mené donc en commun, quoique différemment, dans un territoire marqué par le chômage et la pauvreté.

Contre la « résignation »
Surtout, la rencontre met en lumière ce qui anime les deux hommes. Ils parlent ainsi de leur rapport au spirituel et à la foi, une face méconnue et surprenante du député, un bel éclairage de l’évêque. Un point commun est alors vite trouvé : la lutte contre la « résignation » et le « règne de la léthargie ».

Corentin Cnudde

Lire ... La-Croix-Quand-un-eveque-dialogue-avec-une-figure-de-la-F...

15/06/2018

BONNE FIN DE RAMADAN - BONNE FÊTE DE L'AÏT EL FITR

Vœux du SNRM (Service national des relations avec l'islam)à l’occasion de l’Aïd el Fitr 2018
Publié le 15 juin 2018
VOEUX ISLAM.JPGChers et chères ami(e)s musulman(e)s,
Au moment où vous terminez le mois de Ramadan par la célébration de l’Aïd el Fitr, nous nous unissons à votre joie et, avec vous, nous tournons vers l’Unique pour lui rendre grâce.

Qu’Il bénisse chacun(e) et votre communauté !
Aïd mabrouk !

RAM.jpgAu nom de toute l’équipe du Service national pour les relations avec les musulmans

Père Vincent Feroldi et Sœur Colette Hamza 

11/06/2018

FEMMES PRÊTRES : REPETER UN ARGUMENT ERRONE N'EN FAIT PAS UNE REALITE

TEMOIGNAGE CHRETIEN.JPG

 

 

Christine Pedotti 11 Juin 2018
Ordination des femmes REPORTAGE

FEMMES PRETRES.jpgIl doit encore y avoir quelques marais aux abords du Vatican. Et gageons qu’ils sont peuplés de mouches qui piquent. Ce détail peu connu explique sans doute la tribune publiée le 30 mai par le futur cardinal Ladaria, actuel préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Mgr Ladaria, donc, a considéré qu’il y avait urgence à rappeler que la lettre apostolique Ordinatio sacerdotalis, due à Jean-Paul II en 1994 – laquelle confirmait Inter insigniores, déclaration publiée par Paul VI en 1976 – était bien toujours d’actualité. Il a même précisé qu’elle l’était « pour toujours », ainsi que le pontife polonais l’avait énoncé.

Lire... Femmes prêtres.pdf

07/06/2018

ETATS GENERAUX DES MIGRATIONS - EGM -

EGM.JPG

 États Généraux des Migrations : déclaration historique pour une politique migratoire alternative

La première assemblée plénière des États Généraux des Migrations s’est tenue les 26-27 mai à Montreuil. A cette occasion un "Manifeste des Assemblées Locales" a été signé par la Cimade, le CCFD-Terre Solidaire, Le CRID et VoxPublic.
Les centaines de participant.e.s ont adopté une déclaration inédite, fruit de la consultation de dizaines de milliers de citoyens, afin de proposer « un socle commun pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes ».

Plus de 500 personnes, représentant les quelques 106 assemblées locales présentes dans 76 départements, ont assisté deux jours durant à la première session nationale des États Généraux des Migrations qui se tenait dans la grande salle des fêtes de la mairie de Montreuil.

Cette rencontre est l’aboutissement d’un processus de concertation citoyenne ayant réuni environ 10 000 personnes, citoyen.ne.s français.e.s et exilé.e.s, lancé en novembre 2017 par 450 associations et collectifs citoyens de solidarité avec les personnes étrangères, lassés de ne pas être entendus par les pouvoirs publics dans la définition de la politique migratoire. Huit mois durant, ces assemblées locales ont travaillé afin de rédiger des cahiers de doléances visant à lister les situations inacceptables, ainsi qu’à collecter des propositions pour un accueil digne des personnes étrangères.

Ces propositions ont servi de base à une déclaration historique, le « Manifeste des Assemblées locales des États Généraux des Migrations pour une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux et de la dignité des personnes », débattue et adoptée durant cette première assemblée plénière. Ce manifeste comporte une quarantaine de propositions concrètes, véritable socle politique pour répondre à la « crise des politiques migratoires ». Dans son préambule, le manifeste rappelle « la situation humanitaire déplorable dans laquelle sont laissées nombre de personnes étrangères sur le territoire français ou à ses frontières » et les nombreuses condamnations de la France pour ses « entorses au droit international et aux conventions internationales ratifiées ». Le manifeste proclame notamment« un respect du droit d'asile effectif, qui ne soit plus prétexte à une logique de tri » et « une égalité des droits entre Français· e·s et étranger·ère·s présent·e·s sur le territoire ». Le règlement Dublin, la rétention des étrangers, et les expulsions sont aussi dénoncés.

Cette assemblée plénière marque la première grande réussite des États Généraux des Migrations, processus qui ne cesse de s’élargir et regroupe aujourd’hui plus de 1 600 organisations locales et nationales. Les participant.e.s ont décidé de poursuivre ce processus collectif pour résister aux discours xénophobes qui gangrènent la politique française et alimentent le racisme. Mais également pour aller plus loin dans la construction d’une politique migratoire alternative et créer un mouvement d’opinion. Toutes ces associations et collectifs sont aussi mobilisés pour dénoncer le projet de loi Asile et Immigration qui sera prochainement débattu au Sénat, loi qui constitue l’antithèse répressive et dégradante du Manifeste des États Généraux des Migrations.lire ...Lien vers le texte du Manifeste

et ... IMMIGRATION 1ERE SESSION PLEINIERE DES ETATS GENERAUX DES MIGRATIONS.pdf

Source ...  diocese.JPG

06/06/2018

ENSEMBLE, QUE FAISONS-NOUS DE NOS FRÈRES ?

MISSION OUVRIERE.JPG

 « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits
qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »
nous dit Jésus dans l’Évangile (Matthieu 25, 43)

Des chrétiens catholiques, en Seine-Saint-Denis, font l’expérience de multiples chemins de fraternité vécus avec les migrants.

Depuis plusieurs décennies le territoire de la Seine-Saint-Denis accueille de nombreux migrants. Jusqu’au début des années soixante-dix, il s’agissait, essentiellement, de répondre aux besoins d’une industrie qui nécessitait une main d’œuvre abondante. Aujourd’hui, si certains migrants ont fait le choix de venir en France pour y exercer une profession, beaucoup y sont présents en raison des conflits, catastrophes naturelles, persécutions, changements climatiques, misère économique que connaissent leurs pays ! Devant l’importance des mouvements migratoires, aux causes si diverses et trop souvent douloureuses, le pape François nous demande d’accueillir, protéger, promouvoir et intégrer ceux qui viennent « d’ailleurs ». (Voir notamment son discours du 21 février 2017 aux participants du forum international « Migrations et paix »)  Lire...NOTRE FRATERNITE A MILLE VISAGES Juin-2018.pdf DIOCESE DE SAINT DENIS EN FRANCE.pdf

02/06/2018

MARCHE CITOYENNE ET SOLIDAIRE AVEC LES MIGRANTS

logo cmdf (1).jpgMARCHE DES MIGRANTS.JPG

La Communauté Mission de France souhaite apporter son soutien à l’organisation de cette marche et invite l’ensemble de ses membres, en fonction de leurs moyens et de leurs possibilités, à se joindre aux cortèges des marcheurs ou à participer à leur accueil dans l’une des 60 villes étapes du parcours. Vous trouverez toutes les informations utiles en allant sur le programme sur le site Marche citoyenne et solidaire.

La Mission de France est engagée dans la Marche citoyenne et solidaire avec les migrants, entre Vintimille et Douvres. Elle a rassemblé en de nombreux marcheurs, 300 à Montélimar, 400 à Valence, dont des membres de la CMDF. Des équipes de l'Est seront présentes entre Langres et Chaumont la semaine prochaine.A chaque fois, des temps  joyeux et festifs permettent de belles rencontres mêlant les cultures.

En Ile de France, elle passera mi-juin, en Seine-et-Marne, en Essonne, à Paris les 16 et 17 juin, dans le Val d'Oise. Les équipes MDF sont impliquées et nous invitent à les rejoindre

- entre Nogent sur Seine et Bray sur Seine le 10 juin,

- à Melun le 13 juin en fin de journée 

- à Evry le 14 juin en fin de journée

vous trouverez toutes les informations pour les rejoindre dans le flyer joint.

>.... Marche citoyenne de Vintimille à Douvres pour les migrants.pdf 

 Bon week-end à chacun et bonne marche,

30/05/2018

A QUOI SERT LA MISSION DE FRANCE ?

A QUOI SERT L ACMDF.JPG

À quoi sert la Mission de France ?

+ Hervé GIRAUD
Prélat de la Mission de France
Archevêque de Sens & AuxerreHG.jpg

 

 

 

D’une phrase, je dirais : « à porter la question de Dieu là où on ne l’entend pas. » Dans la France de l’entre-deux-guerres, une inquiétude missionnaire travaille la conscience des évêques. La société se sécularise, les paroisses peinent dans le rendez-vous avec le monde ouvrier et le monde scientifique, les prêtres se font déjà plus rares dans le rural. En 1941, le cardinal Suhard, archevêque de Paris, fait ouvrir le Séminaire de la Mission de France. Deux ans plus tard, l’abbé Godin publie « France, pays de Mission ». À l’époque de l’Action catholique, des Frères Missionnaires des campagnes, de Madeleine Delbrêl, de Frère Roger de Taizé, des Fils de la Charité, les prêtres de la Mission de France vont vivre au rythme du monde et du travail. Ils entendront surgir la fécondité de l’Evangile sur d’autres terres et dans d’autres langages... Lire... Tribune publiée dans La Vie du 17 mai 2018.pdf

RENIEMENTS EN COULISSE

sureau.JPG

L’Écriture parle de ces signes des temps que nous sommes appelés à discerner. L’exercice n’est pas facile. Des événements le plus souvent dérisoires dissimulent le lent mouvement des grandes plaques tectoniques sur lesquelles notre civilisation repose. Il y a un peu plus de dix ans, par exemple, l’affaire de la « rétention de sûreté ».
Nous assistons en ce moment à deux évolutions de même nature. La première relève, en apparence du moins, d’une simple question d’organisation. Dans les salles correctionnelles du nouveau palais de justice aux Batignolles, les prévenus sont placés dans des cages en plexiglas à l’épreuve des balles. Ces cages les séparent de leurs avocats comme de leurs juges. Il faut bien voir ce que cela signifie. D’une part, que personne n’est plus présumé innocent, puisque dès sa comparution même, et avant qu’aucun jugement ait été porté sur lui, l’homme est considéré comme menaçant, dangereux, et doit être isolé comme il le serait dans une cellule. D’autre part, qu’il ressemble moins à un homme qu’à un animal dangereux, justiciable du zoo, de la fosse aux ours. Enfin, qu’il n’a plus droit à un procès équitable, puisque, contrairement à toutes les règles, son avocat ne peut plus communiquer librement avec lui. Cette nouvelle disposition des salles d’audience est d’autant plus intéressante que tous les praticiens savent que s’il y a bien un moment où le criminel ou le délinquant ne sont pas dangereux, c’est au moment du procès lui-même, quand ils s’efforcent d’offrir leur meilleur visage à ceux qui vont les juger. LIRE ... La-Croix-Reniements-en-coulisse.pdf