Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2020

2020 : UNE BELLE ANNEE ? MGR JACQUES GAILLOT

voeux j gaillot.jpg

2020 : une belle année ?

J'ai toujours pensé que les meilleures années étaient devant moi. La vie n'est-elle pas une aventure ? Une aventure qui n'est pas écrite d'avance ?

Pour 2020, trois souhaits m'habitent :

- L'ouverture : aux autres, à tous les autres, aux différentes cultures, aux religions, aux peuples de la Terre. En commençant par ceux que le monde délaisse. Devenir un citoyen du monde, sans frontières.
Il est passionnant d'être en marche, en recherche, en éveil.
Mais je redoute les gens rigides, sectaires, qui possèdent la vérité !

- La lutte : Elle fait partie de la vie.Lutter pour défendre les droits bafoués : ceux qui n'ont pas où dormir, où manger, ou travailler. Les droits bafoués des peuples opprimés et humiliés. Comment peut-on être heureux si les autres ne le sont pas ?
Nous ne sommes pas faits pour vivre soumis.
Mais la lutte appelle la fête. Quand la vie est dure, on a besoin de se réjouir. Quand on lutte ensemble on gagne souvent.

- Avoir un coeur qui aime :
Lula, ancien président du Brésil, déclarait :
"Je sors de prison ( un an et demi)
sans haine dans le coeur.
A 74 ans, il n'y a de place
que pour l'amour dans mon coeur. "

Libérons notre coeur de la vengeance, du ressentiment, de la haine car il est urgent d'aimer.

"La seule chose que nous apprend la mort,
C'est qu'il est urgent d'aimer"
( Éric Emmanuel Schmitt dans son livre : l'Evangile selon Pilate.)

Belle année 2020 : Quand on aime, il ne fait jamais nuit.

Jacques GAILLOT, Evêque de Partenia 

jacques gaillot.GIF

26/12/2019

COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE - VOEUX 2020

VOEUX CMDF.GIF

 

 

 

 

 

Voeux de l'équipe du blog "CMDF BOB"PARTENIA GAILLOT.GIF

BONNE ANNEE - CHRISTINE PEDOTTI - TEMOIGNAGE CHRETIEN

Témoignage-Chrétien.jpg

PEDOTTI ANNEE 2020.jpg ENCORE UNE FOIS, nous allons franchir cette borne qui nous amène à « l’année prochaine », cette page blanche que nous remplissons par avance d’inquiétudes et d’espoirs.

Nous allons former des vœux – comme si nous étions les fées des contes –, le bonheur, la santé… Parfois, nous aurons le cœur serré par la crainte que ce soit une dernière fois.

Que nous réserve l’an prochain, nous en savons peu de chose, tant à l’aune de nos existences qu’à celle de la « grande » histoire, mais nous savons que les choses sont compliquées, les risques réels, les dangers présents. Aussi, pour nous engager dans l’an qui vient, aimerais-je vous proposer de nous souvenir aussi de ce que l’année qui s’achève a porté de positif.

Le point le plus éclatant est certainement la prise de conscience mondiale de l’urgence climatique et environnementale. Les plus jeunes se sont saisis de l’affaire et ils ne la lâcheront plus car l’avenir est le leur, sans plan B. Une toute jeune fille, Greta Thunberg, incarne ce tournant, et ce qu’elle subit de sarcasmes et de dénigrements devrait être notre honte. Une autre bonne nouvelle de 2019 est la prise de conscience du danger qu’il y a à être une femme, partout dans le monde, y compris dans nos sociétés. Le terme de féminicide peut être irritant, il dit cependant cette réalité-là. Dans l’ordre politique, la mise en œuvre d’une procédure d’impeachment contre Donald Trump est même si elle n’aboutit pas –, une marque d’infamie sur son mandat ; et, même si l’Italie devait tomber dans les mains de Salvini, il sait qu’il devra affronter l’opprobre des « Sardines », un nom loufoque pour un mouvement antifasciste qui commence à peser.

On dira que tout cela ne compte guère face à tant de dangers. Mais, tout cela, l’imaginions-nous il y a un an ?

Ami·e·s, faites des vœux, de bons vœux, et désirez qu’ils se réalisent, car il suffit de peu pour changer les choses.

Christine Pedotti  800px-Christine_Pedotti-100x100.jpg

22/12/2019

EDITO - LE METIER DE GUETTEUR - Bruno REGIS - prêtre de la Mission de France


Je viens de passer quelques heures en classe d’école primaire.

On a parlé avec eux de l’attente et de l’espérance. « J’espère une vie jolie » a dit une petite de CP. Des CM1 eux ont répondu « J’espère un monde sans pollution » « j’espère un monde en paix ».

Dans quelques jours des hommes et des femmes vont entrer en grève. Quoi qu’on en pense, je crois qu’ils n’exprimeront pas seulement un refus ou de la colère, mais aussi des attentes, des espérances.

Avec le changement climatique certains nous annoncent l’effondrement du monde ou tout au moins de de la civilisation industrielle.

L’avenir est chargé de peurs et d’espérances.

Nous entrons en Avent, c’est le temps de l’attente, non pas de l’attente passive, celle qui attend de voir ce qu’il va se passer. « Attendre n’est pas une parenthèse c’est un choix de vivre qui entre à pied dans l’avenir (…) Celui qui attend ne sait pas ce qui l’attend sinon il aurait rendez-vous. Celui qui attend est un veilleur. Il espère. Il refuse de ne plus espérer. C’est un subversif. Le désespoir ne peut rien contre lui. Il espère justement parce qu’il n’a plus d’espoir. Ceux qui se contentent d’attendre des trains, des métros ou des autobus ne savent pas ce que c’est que d’attendre. Ils n’éprouvent que l’impatience. Ils n’attendent pas. Ils s’énervent. Il reste à apprendre le métier de "guetteur" (Jean Debruynne)

Pour vivre l’attente et faire vivre l’espérance il vaut la peine de se croiser, de se rencontrer, de chanter ensemble pour écouter sa musique intérieure. A Ivry, ou à Noël dans le métro, ou en apprenant à lire la Bible ensemble, quelques occasions d’apprendre le métier de guetteur.

Bruno Régis, Prêtre de la Mission de France, délégué épiscopal du Pôle jeunes,

brunoregis@missiondefrance.fr

https://twitter.com/polejeunes_mdf

 

16/12/2019

VIDEO - INTERVIEW D'ALBERT ROUET

MGR.PNG

UNE BOURGEOISIE CATHOLIQUE VA TENIR LES RENES DE L’ÉGLISE. ELLE REVE D’UNE RESTAURATION, COMME CELLE QUE SES AÏEUX ONT REUSSIE AU XIXE S. Publié le 29 juillet 2019 par Michel Durand  (1)

Denis Chautard, prêtre de la Mission de France, retraité de l’Éducation Nationale a communiqué sur son blogue, un article de Patrick Nathan, publié dans Témoignage Chrétien. Je m’accorde tellement avec cet entretien que je le dépose en ce lieu.

Puis, j’ai trouvé une vidéo où Albert Rouet s’explique sur son engagement pastoral qui mérite bien d’être regardée. Voir en fin de page.
« Pour une Eglise plus humaine » Ancienne figure atypique de l’épiscopat, Albert Rouet n’a pas renoncé à faire résonner sa petite musique. À 83 ans, l’archevêque émérite de Poitiers, conférencier et animateur de retraite demandé, ne risque pas l’oisiveté. Une bourgeoisie catholique va tenir les rênes et veiller au grain. Elle rêve d’une restauration, comme celle que ses aïeux ont réussie au XIXe siècle

Lire ... UNE BOURGEOISIE CATHOLIQUE VA TENIR LES RENES DE L.pdf

Des membres du doyenné du Grand Angoulême ont interviewé Mgr Albert Rouet, archevêque émérite de Poitiers, sur l'expérience de la mise en place des communautés locales dans ce diocèse lors de son épiscopat. Eglise catholique en Charente,  le 7 avr. 2019

Voir la vidéo .... : https://youtu.be/Y1U2LFfi1Ls 

(À propos) 1)

Je suis prêtre (Prado) de l'Eglise catholique. Après avoir été au travail comme serveur de restaurant (mi-temps) et en paroisse, je fus nommé en aumônerie étudiante. Puis curé de paroisse et au service de la pastorale des réalités du tourisme et des loisirs où j'ai enseigné l'iconographie chrétienne. Maintenant, retraité de ces charges. Actif dans la biennale d'art sacré actuel avec Résurgence(s) BASA. Attentif à l'accueil des migrants avec les cercles de silence (CDS). Voir le profil de Michel Durand sur le portail Michel DURAND

01/12/2019

LE SYNDROME DE LA COUETTE - B.REVILLION

 LE SYNDROME DE LA COUETTEBRE.PNG

Il nous faut, en ce temps de l’Avent, essayer de lutter contre ce que nous pourrions appeler le…  « syndrome de l’édredon » !

Vous savez, cette énorme couette sous laquelle nous rêvons parfois de nous enfouir pour ne plus voir ni entendre les avis de tempête du monde…

Cette tentation du repli qui nous guette : repli dans l’entre soi  de nos milieux, de nos familles, de nos sensibilités religieuses, de nos opinions et de nos certitudes…   

A quoi bon la douce lueur de la crèche :
- Si chez nous, nous sommes indisponibles à celles et ceux que nous prétendons aimer ?
- Si, à deux pas de chez nous, les banlieues s’embrasent, les sans abris meurent de froid ?
- Si, à des milliers de kilomètres de chez nous, des peuples s’enfoncent chaque jour un peu plus dans la misère, sous les coups de boutoirs aveugles de la Mondialisation.

Il nous faut, pour devenir « Sentinelles de Noël », accepter de vivre la féconde tension entre prière et action, intériorité et engagement, lutte et contemplation.

N’oublions jamais que lorsque nous entrons dans une église, c’est pour mieux en sortir, mieux aller vers le monde !

Lire... le syndrome de la couette B.REVILLION.pdf

12/11/2019

PRÊTRES MARIES, "ON N'EST PAS EN AMAZONIE ICI"

la croix.png

 

 le 21/10/2019 15:00

 Prêtres mariés, « on n’est pas en Amazonie ici »

 Arnaud JOIN-LAMBERT, professeur de théologie à l’Université catholique de Louvain.

Selon lui, les prêtres venus d’ailleurs ne suffisent pas, il souhaite la venue de « prêtres de proximité » pour renforcer la mission. 

ARGENTINE.jpg

 « Cette phrase résume des propos d’évêques et de prêtres à propos de l’ordination d’hommes mariés, que ce soit dans les médias ou sur les réseaux sociaux. Bref : ‟on n’a pas besoin de prêtres mariés chez nous”. C’est trop vite négliger le fait que tout le système sacramentel ouest européen ne continue à fonctionner que grâce aux plus de 10 000 prêtres venus d’ailleurs. Venant principalement d’Afrique, d’Europe de l’Est et d’Inde, leur présence masque le besoin crucial de prêtres autochtones ouest européens. En 2018 les prêtres en France sont entre 4 000 et 5 000 de moins de 75 ans, et 2000 prêtres venus d’ailleurs (1).

Synode sur l’Amazonie, l’ordination d’hommes mariés s’impose dans les débats

Lire ... La Croix Prêtres mariés.pdf

07/11/2019

L'AMAZONIE UN ENJEU POUR LA PLANETE

SERGE BAQUE.jpgL'Amazonie, un enjeu pour la planète et pour l'Eglise

Serge Baqué, prêtre de la Mission de France, vit en Guyane. L’essentiel de son ministère s’exerce en lien étroit avec les populations amérindiennes et bushinenguées. Il revient sur les enjeux du synode pour l’Amazonie, qui s'est tenu à Rome du 6 au 27 octobre. >>> Lire l'article

 

30/10/2019

LE CARDINAL, L'AMERINDIEN ET MADAME LE CURE

LA VIE.png

PAPE AMERINDIEN.jpg

Alors, c’est fait ? Le curé va se marier ? Sa femme deviendra prêtresse ? Le « synode des médias » peut bien poser de telles questions, le synode de l’Amazonie avait d’autres préoccupations. La voix des peuples amérindiens y a résonné, avec ses souffrances culturelles, sociales ou environnementales et son espérance. Le pape a écouté ces témoins magnifiques. Il a donné à leur parole une portée universelle. Et l’Église latine n’a pas cherché à fourguer aux catholiques d’Amazonie les surplus de la verroterie idéologique occidentale. Non, monsieur le curé amérindien ne va pas se marier demain avec madame la chamane ! Pas plus que son confrère d’Amélie-les-Bains ou de Roanne.

Lire ... Le cardinal, l'amérindien et madame le curé - LA VIE -.pdf

 

28/10/2019

MGR ALBERT ROUET PLAIDE POUR UN NOUVEAU VISAGE DE L'EGLISE

albert rouet.JPG

Plaidant pour un mode de vie plus sobre face à la mondialisation, dans la ligne de l’encyclique Laudato si’ du pape François, Mgr Albert Rouet, 83 ans, était l’une des têtes d’affiche du 11ème Forum «Fribourg Eglise dans le monde». Le colloque s’est tenu à l’Université de Fribourg les 10 et 11 octobre 2019 sur le thème de la mission aujourd’hui.

Qui de mieux, pour stimuler les débats, que l’archevêque émérite de Poitiers (1994-2011) ? Il fut, durant son épiscopat dans cette région du Centre-Ouest de la France, un promoteur audacieux du renouveau de son diocèse. Il a appelé les laïcs à partager les responsabilités – tout simplement en raison de leur baptême – dans un diocèse souffrant, comme partout en France, du manque de prêtres. «Combien reste-t-il en France de prêtres de moins de 70 ans au service de la mission de l’Eglise ?», demande-t-il d’emblée. LIRE ..MGR  ALBERT ROUET PLAIDE POUR UN NOUVEAU VISAGE DE L'EGLISE.pdf