Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/01/2022

LES MIMI CRA CRA DE LA POLITIQUE

Publié le 

MACRON.jpg

.C’est un personnage qui a bercé bien des enfances, une petite fille délurée qui n’aime rien tant que sauter à pieds joints dans les flaques pour éclabousser tout le monde, parce que « Mimi Cracra, l’eau, elle aime ça », et surtout l’eau un peu boueuse, même si elle finit la journée dans un bon bain. Le Président doit avoir des envies d’enfance rentrées – de l’inconvénient d’avoir été bon élève –, parce que sa saillie dans Le Parisien sur son envie d’« emmerder » les non-vaccinés relève d’une joie de Mimi Cracra, et que, comme les sales gosses, il répète le mot trois fois, comme s’il gobait des marshmallows ou se gavait de fraises Tagada. Comment s’étonner dès lors que Valérie Pécresse, en réponse, veuille ressortir le « Kärcher » de la cave pour le contrer…

Alors, non, un président ne devrait pas dire ça, même si, comme beaucoup de nos compatriotes, il le pense. L’honneur de la parole publique devrait demeurer de ne pas dire tout haut ce que nous pensons tout bas. Pendant longtemps, seuls les leaders populistes, tel Jean-Marie Le Pen, se vantaient de faire l’inverse. Emmanuel Macron inaugure une étrange chimère ; le populisme d’extrême centre.

De fait, il apparaît de plus en plus clairement que cette campagne électorale est en train de se dérouler à un niveau sonore tel qu’il va falloir être celui ou celle qui crie le plus fort pour être entendu.

Fabien Roussel, le candidat communiste, a certainement été le premier étonné de déclencher une houle médiatique pour avoir déclaré que la gastronomie française, c’était « un bon vin, une bonne viande, un bon fromage ».

Reste-t-il un espace pour un discours politique raisonnable, sensé ? Hélas, on ne voit pas comment l’horizon pourrait se dégager. Du côté gauche, à défaut de buzz, on n’entend guère que du brouhaha, le bourdonnement sourd de trop nombreuses candidatures.

La grande affaire de La Primaire populaire est en train de devenir un piège tragique et les valeureux jeunes gens qui entament une grève de la faim pour exiger une candidature unique, pour être courageux, n’en sont pas moins dans une irréalité peu compatible avec le nécessaire réalisme et le pragmatisme politique. Mais du moins sauvent-ils la morale face au cynisme. À ce titre, ils méritent notre estime.

Christine Pedotti   Christine_Pedotti-100x100 (2).jpg

Photo : Jacques Paquier (CC BY 2.0)

14/01/2022

2022 PAR LES CORNES - Service jeunes de la Mission de France

mdfjeunes.GIF

2022 par les cornes

Nous y sommes : 2022 est là sur le seuil de notre porte, sans que cela soit bien possible de prédire ce que ses valises recèlent. 2022 sera-t-elle à l’instar de celles qui l’ont précédée ? Ou singulièrement différente ?

Petit tour des événements qui nous attendent et des questions qu’ils peuvent soulever : quelle nouvelle surprise électorale nous réservera l’élection présidentielle ? Dans quelle mesure la COP 27 signera-t-elle une nouvelle fois l’incompétence et l’inaction climatique des états ? La climatisation des stades de football au Qatar permettra-t-elle aux spectateurs·rices de bénéficier d’un air aussi frais et léger qu’en Bretagne ? La reine Elizabeth II portera-t-elle un chapeau mauve ou pivoine à l’occasion de ses 70 ans de règne ?

Tant d’inconnues, tant d’incertitudes qui nous font parfois tourner la tête face à une urgence climatique et sociale sans précédent. Et pourtant, l’urgence est bien là, et malgré tous les dangers, elle est à affronter les yeux dans les yeux : 2022 apparaît plus que jamais comme l’année où ces enjeux se doivent d’être saisis par les cornes !

Il n’est que temps d’entendre ces multiples appels à rebâtir ensemble notre maison commune.

Et si 2022 était l’année où tout basculait ? L’alerte a déjà résonné de nombreuses fois, certain·e·s ont eu l’audace d’élever la voix malgré l’insolente surdité et cécité des médias et des pouvoirs politiques, à l’instar des héros désemparés du film Don’t look up. Il n’est que temps d’entendre ces multiples appels à rebâtir ensemble notre maison commune.

Car cette année peut être réellement emplie de promesses. 

Promesse que la volonté collective de se saisir sérieusement de ces sujets prenne le dessus sur les égarements de nos gouvernements. Promesse que l’humain et le lien à l’autre reviennent au cœur de nos préoccupations. Promesse que nous sachions traiter avec dignité celles et ceux qui le méritent pour habiter en paix notre monde. Et tant d’autres perspectives.

Dès ce début d’année, en guise de promesse, le Pôle Jeunes vous présente deux de ses propositions à venir : celle de Vivre la Montagne Autrement, pour garder les pieds sur Terre, mais aussi celle de célébrer ensemble Pâques à l’Aube, pour prendre le temps de vivre la rencontre et de redécouvrir la fête Pascale.

Et si nous étions simplement impatient·e·s de vivre 2022 et d’affronter son lot d’enjeux, mais aussi d’accueillir simplement toutes les surprises qu’elle nous réserve ? Car cela ne nécessite bien qu’une chose : le courage. Celui d’espérer.

Natan R. MISSION DE FRANCE

12/01/2022

VOEUX POUR 2022- VOICI L'HEURE DE SORTIR DE VOTRE SOMMEIL

   Bernard Ginisty, philosophe. Il a été co-fondateur de Démocratie et spiritualité, et directeur de Témoignage chrétien bernard ginisty.jpg

 Vœux pour 2022 : « Voici l’heure de sortir de votre sommeil »

Publié le par Garrigues et Sentiers

En ce début d’année, nous échangeons traditionnellement des « vœux ». Le mot « vœu », dans la langue française, signifie deux attitudes contradictoires. L’une traduit la futilité de ce qu’on appelle des « vœux pieux » formulés sans que leurs auteurs s’interrogent sur ce en quoi ils sont concernés par la réalisation de ce qu’ils « souhaitent », laissant ce soin à un « bon dieu ». La seconde exprime l’engagement de ceux qui se « vouent » à une cause.

L’année 2022, par l’ampleur des crises qui s’annoncent aura besoin, de notre part d’autre chose que des « vœux pieux ». Pour Agnès Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International et ancienne rapporteuse spéciale des Nations-Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires, « nous sommes dans une crise des normes, qui se traduit par des attaques contre la dignité humaine, et même contre l’idée d’égalité entre les êtres humains. La mort de réfugiés et de migrants est devenue monnaie courante, presque quelque chose d'acceptable, comme si leur vie avait moins de valeur que la nôtre. La crise aigüe que nous traversons pourrait conduire nos sociétés à des situations du type 1939. Je m’interroge souvent : serons-nous la génération des années 1930 ou celle des années 1948, qui a rédigé la Déclaration universelle des droits de l’homme ? » 

Par ailleurs, il faut bien constater l’inquiétante évolution des États-Unis d’Amérique qui menace l’équilibre mondial. C’est ce que constate l’économiste Jeffrey Sachs, professeur à l’université Columbia (New York) et président du réseau des solutions pour le développement durable des Nations Unies : « Les États-Unis sont devenus un pays de riches, par les riches et pour les riches, refusant toute responsabilité politique pour les dommages climatiques qu’ils imposent au reste du monde. Les clivages sociaux qui résultent de cette situation ont conduit à une épidémie de « morts du désespoir » (notamment par surdose médicamenteuse et suicides), à une baisse de l’espérance de vie (avant même la pandémie due au Covid-19), à une hausse de cas de dépression chez les jeunes. Sur le plan politique, ces profonds désordres mènent vers divers chemins – le plus inquiétant étant celui de Donald Trump, son faux populisme et son vrai culte de la personnalité. Servir les riches tout en distrayant l’attention des pauvres avec la xénophobie, les guerres culturelles et les coups de menton de l’homme fort est peut-être le plus vieux truc du manuel du démagogue, mais il fonctionne encore étonnamment bien ». Kathleen Belew, professeur d’histoire américaine à l’université de Chicago écrit : « Ma grande interrogation est de savoir à quel point ces groupes du white power vont réussir à capter un auditoire dans un cercle concentrique plus large. (…) Plusieurs participants à l’insurrection du 6 janvier ont été élus à des fonctions officielles sous la bannière du parti républicain »

Cette évolution des États-Unis d’Amérique ne doit pas nous éviter d’analyser les faiblesses de la France et plus généralement de l’Union Européenne. Évoquant les cinq années où elle a été rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les exécutions extra judiciaires, Agnès Callamard constate : « Je n’ai pas trouvé que la France jouait un rôle particulièrement important ou positif en matière de droits humains. Les autorités françaises se montrent timorées dès qu’il s’agit de l’Arabie saoudite et de la Chine, privilégiant les exportations, les intérêts économiques et géopolitiques à la défense des droits » 

On a souvent reproché aux chrétiens, parfois à juste titre, de se réfugier dans un arrière monde qui les éloigne des combats pour l’homme ! Mais comment ne pas voir dans la course à l’argent, le désenchantement individualiste, les haines ethniques et raciales, les injustices établies, des “ opiums du peuple ” autrement dangereux ? La Résurrection manifeste que la force vivante en tout homme est plus radicale que ses peurs, ses échecs et ses enfermements. Elle indique, suivant l’étymologie du mot Pâques, que l’aventure humaine se réalise non dans la possession, mais dans le passage. Se vautrer dans la quête d'une intériorité toujours plus affinée est un terrain où prospèrent les idoles. Si Dieu est “ passant ”, c'est qu’il n'est pas “ présent ”. C’est dans le visage de ce qui nous est étranger que nous avons quelques chances de saisir sa trace. Au jeune homme riche qui, en règle avec toutes les lois, veut “ posséder ” la vie éternelle, le Christ propose “ d’entrer dans la vie ” en devenant étranger à ses biens (Mt 19, 1-22). Aux opiomanes tentés d’enfermer l’aventure humaine dans l’avoir, le pouvoir ou la sécurité des appartenances, le message pascal annonce : “ Voici l’heure de sortir de votre sommeil ” 

GARRIGUES ET SENTIERS

11/01/2022

ASSEZ !

BDES.GIF

publié le 11/01/22 sur ALETEIA

Chaque semaine, le père de Sinety, curé de la paroisse St-Eubert à Lille-centre, commente l’actualité de l’Église  et du monde. Cette semaine, il ne cache pas son exaspération pour la réduction de la politique au recours à la violence. Pour lui, il est temps de dire « assez ! » La gentillesse n’a-t-elle pas plus à faire pour l’avenir de l’homme que le cynisme ?

Les campagnes se succèdent, les candidats se suivent, on a l’impression depuis des dizaines d’années que le niveau ne cesse de baisser. À mesure que la violence des propos monte. Il est loin le temps où l’on parlait « projets de société », où l’on débattait d’une manière philosophique sur la finalité de la justice ou sur l’essence de l’éducation.
Désormais, on ne débat plus, on menace. Que faire face à la délinquance ? Sortir le kärcher. Face aux migrants ? Expulser massivement. Comment convaincre les non-vaccinés ? En les emmerdant. Il faut empêcher les gens de rouler, les empêcher de prononcer les mots interdits qui disent les couleurs, les sexes ou les religions de leurs contemporains… 
« Cul par-dessus tête »
On peut voir sur les réseaux sociaux des partisans d’un joueur de tennis serbe multimillionnaire qui en font leur idole parce qu’il a une croix en pendentif, qu’il refuse apparemment d’être vacciné et qu’il est pour cette raison maintenu en quarantaine par les douanes australiennes. Certains même s’indignent qu’on lui réserve un sort qu’ils comparent à celui « des migrants clandestins ». On a le sentiment de marcher à l’envers, de ne plus savoir distinguer le bien du faux, le mal du vrai… Tout est cul par-dessus tête. Tel, évoquant sa participation à un débat télévisé sur le thème de la reconstruction de Notre-Dame se voit encouragé par des internautes surexcités à ne rien lâcher après leur avoir confié qu’il se prépare à l’exercice comme un boxeur… Mais quelle est donc cette folie ? Le monde se transforme-t-il sous nos yeux en un ring sans règle, autre que la loi du plus fort ?
Peut-être, malgré tout, que l’on reconnaîtra que cela est un peu chrétien que de dire que la gentillesse a plus à faire pour l’avenir de l’homme que le cynisme.
J’en connais qui en parcourant ces lignes souriront en se disant qu’il en a toujours été ainsi et que l’auteur de ce verbiage est soit bien angélique soit bien hypocrite. C’est qu’alors ils estiment que les temps n’ont donc pas si changé que cela… et je ne sais dans ce cas où se tient l’hypocrite. Pour le reste, angélique, soit, je m’y essaye. Non par naïveté mais par souci de ne pas périr dans l’hystérie du temps.
Peut-être, malgré tout, que l’on reconnaîtra que cela est un peu chrétien que de dire que la gentillesse a plus à faire pour l’avenir de l’homme que le cynisme. Dire aussi que ce qui fait le chef, ce n’est pas la puissance de ses muscles mais sa capacité à se laisser toucher par cette vérité qui veut que nul puissant ne le soit vraiment sans la miséricorde et qu’il n’est de justice et de charité que dans la vérité. Que ne s’y trompent pas les plus excités ou les plus désespérés de mes frères baptisés : il est bien là le vrai témoignage de la foi, qui peut mener jusqu’au martyre. 
Dire « Assez ! »
Non, il ne me semble pas que le monde ait toujours, dans notre société française en tout cas, été à ce point sourd aux malheureux et méprisant pour les faibles. Non, il ne m’apparaît pas que les projets étaient à ce point vides de rêves grands et puissants. Non, il n’est jamais arrivé qu’on se passionne pour la possibilité d’un sportif — quel que fut son talent — à franchir une frontière quand tant d’autres, anonymes, y meurent chaque jour.
Il arrive qu’il faille dire « assez ! » Et peut-être que ce jour est aujourd’hui. Alors assez ! d’appels à la violence. Alors, assez ! de flatteries adressées à nos plus bas instincts. Assez ! de slogans auxquels nul de ceux qui les prononcent ne croit un seul instant. Assez ! de revanches à prendre et d’égos à lustrer. Au jour de son baptême, Jésus entendit la voix de son Père prononcer les mots que l’Évangile rapporte : « En Lui, j’ai mis toute ma joie. » Cette joie, depuis lors, est ainsi déposée en chacun de ceux qui s’unissent au baptême du Fils. Et cette joie, qu’en avons-nous donc fait ?

publié le 11/01/22 sur ALETEIA

LES INQUIETUDES DU PAPE SUR L'ETAT DU MONDE

Le pape François a développé, lundi 10 janvier, devant les diplomates de toute la planète, ses préoccupations pour le monde. Parmi elles : les vaccins, les migrants et la détention d’armes. Pour la première fois, il s’est montré préoccupé par la « cancel culture ».

Rome De notre envoyé spécial permanent - Loup Besmond de Senneville 

INQUIETUDE DU MONDE.jpg

C’est le grand rendez-vous du début d’année au Vatican. Le pape François s’est longuement exprimé, lundi 10 janvier, lors de la traditionnelle cérémonie de vœux adressés à tous les ambassadeurs accrédités près le Saint-Siège. Durant un discours fleuve, il a dressé un vaste état du monde et a adressé aux 183 États représentés devant lui une vigoureuse exhortation à agir, dans le contexte critique de la pandémie.

Car c’est bien des autorités politiques et sanitaires que dépend la distribution des vaccins, dont François a estimé que, même s’ils ne sont pas « des outils magiques de guérison », ils constituent « la solution la plus raisonnable pour la prévention de la maladie ». Depuis la salle des Bénédictions, au cœur du Palais apostolique, il a d’ailleurs fustigé, en la matière, les « informations infondées » et les « faits mal documentés » qui constituent des « idéologies » en rupture avec « la réalité objective des choses ».

« Un engagement global de la communauté internationale est nécessaire pour que l’ensemble de la population mondiale ait un accès égal aux soins médicaux essentiels et aux vaccins », a-t-il affirmé.

Insistant sur l’importance de l’éducation dans cette période troublée, il a redit sa « douleur » de constater que des abus sur mineurs avaient eu lieu « dans divers milieux éducatifs »« Il s’agit de crimes sur lesquels il faut avoir la ferme volonté de faire la lumière en examinant les cas individuels, afin d’établir les responsabilités, de rendre justice aux victimes et d’empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent à l’avenir. »

Autre demande adressée aux États, de la part d’un pape qui est apparu inquiet pour le monde : celle d’accueillir les migrants. Le thème est d’autant plus présent chez lui qu’il estime, comme il l’avait exprimé lors de son voyage en Grèce et à Chypre, début décembre, que le sort des migrants est frappé par l’indifférence générale. S’il s’est dit « conscient des difficultés que rencontrent certains États face à des flux humains considérables », il a aussi affirmé que ces réticences ne pouvaient être le prétexte à une fermeture totale : « Il y a une nette différence entre accueillir, même de façon limitée, et repousser totalement. »

Pour le pape, la solution aux crises migratoires et climatiques se trouve dans une réponse globale, portée par des instances multilatérales. Mais la diplomatie multilatérale, grande priorité du Saint-Siège, fait l’objet d’un affaiblissement réel ces dernières années, et du « manque d’efficacité de nombreuses organisations internationales ». L’une des raisons de cette carence ? « Une forme de colonisation idéologique », a répondu François. Pour la première fois, le pape a évoqué la « cancel culture » (culture de l’annulation), qu’il a définie comme une « pensée unique contrainte à nier l’histoire »« Au nom de la protection de la diversité, on finit par effacer le sens de toute identité, avec le risque de faire taire les positions qui défendent une idée respectueuse et équilibrée des différentes sensibilités », a fustigé le pape.

En décembre, François avait critiqué un guide interne de la Commission européenne, dans lequel il était notamment recommandé de ne plus souhaiter « Joyeux Noël », afin de respecter les différentes traditions religieuses. Un épisode que le pape n’a toutefois pas directement nommé, fidèle à la tradition de la diplomatie du Saint-Siège de ne pas mettre en cause un organisme ou un État de manière frontale. On peut aussi relever l’absence de la mention de deux États, avec lesquels les relations demeurent particulièrement délicates : la Chine et la Russie.

Pour autant, le pape n’a pas évité d’autres sujets difficiles, et à ses yeux prioritaires, comme la détention d’armes. « On a parfois l’illusion que les armements ne remplissent qu’un rôle dissuasif contre d’éventuels agresseurs, a-t-il averti. L’histoire, et malheureusement aussi l’actualité, nous enseignent que ce n’est pas le cas. Celui qui possède des armes finit tôt ou tard par les utiliser. » Une inflexion claire dans la doctrine, qui a longtemps condamné l’utilisation des armes, tout en reconnaissant à la dissuasion une forme de légitimité.

Paroles

« Son diagnostic sonne vraiment très juste »

Patrick Renault
Ambassadeur de Belgique près le Saint-Siège

« Je suis frappé par les propos du pape sur plusieurs points. D’abord, sa condamnation des fausses rumeurs sur les vaccins est claire. Cela peut avoir un impact important sur ceux qui aujourd’hui, notamment en dehors d’Europe, utilisent des arguments religieux pour tenir des discours anti-vaccination. Ensuite, son diagnostic sur le multilatéralisme et la crise des organisations internationales sonne vraiment très juste. Lorsqu’il parle du manque d’efficacité de ces organismes, on ne peut qu’être d’accord. Enfin, il exprime une réelle inquiétude sur le fait que le processus de paix entre Israël et Palestine n’ait pas avancé et il promeut des négociations avec l’Iran pour un accord sur le nucléaire. C'est le soutien fort et très significatif."

LOGO LA CROIX.png

  Recueilli par Loup Besmond de Senneville (à Rome) 

08/01/2022

BONNE ANNEE 2022 - JACQUES GAILLOT

GAILLOT JACQUES.jpg
Jacques Gaillot
Evêque de Partenia/7.01.2022
Bonne Année 2022
Je quitte le réfectoire avant la fin du repas pour me rendre à un rendez-vous dans Paris. Un Africain me rattrape en courant : « Je voudrais vous parler deux minutes ». Nous allons nous asseoir.
Je ne connais pas celui qui m’adresse la parole : « Je viens d’être nommé évêque d’un diocèse du Congo. J’aimerais un conseil de vous».
 Sans hésiter je lui réponds : « Ne supporte pas l’injustice. Si tu te bats pour la justice, ta lumière jaillira comme l’aurore (prophète Isaïe). Si tu te bats pour la justice, tu seras une bénédiction pour ton peuple. » L’Africain me regarda fixement : « Ça me va ».   Nous nous sommes quittés.
Desmond Tutu, archevêque Sud-Africain, était un soutien inconditionnel de la cause palestinienne. Curieusement, à l’occasion de sa mort, les médias ont passé sous silence ce soutien du Prix Nobel de la Paix.
En mars 2009, il déclarait à une rencontre internationale : « J’ai été témoin des routes et des maisons réservées aux Juifs et de l’humiliation infligée de manière systématique par l’armée israélienne aux femmes, aux hommes et aux enfants palestiniens…En Afrique du Sud, nous n’aurions pas pu parvenir à une démocratie sans l’aide des gens du monde entier qui ont lutté de manière non violente, par le biais du boycott et du désinvestissement. Et ce sont les mêmes questions d’inégalité, d’injustice qui motivent aujourd’hui le mouvement de boycott et désinvestissement, qui vise à mettre un terme à une occupation des terres palestiniennes qui se poursuit depuis des décennies. »
« Les peuples dont on nie la dignité et les droits méritent la solidarité des autres êtres humains. Ceux qui se taisent face à cette injustice la perpétuent "  
« Se dire neutre face à une situation injuste, c’est en fait choisir le camp de l’oppresseur. Peu importe où nous vivons et en quoi nous croyons. Nous sommes tous membres de la même famille… »
 
Si nous nous battons pour la justice, je parie que l’année 2022 sera bonne.
gaillot photo.GIF
Jacques Gaillot
Evêque de Partenia
 Paris 7-1-2022

06/01/2022

LES COULEURS DE LA VIE

TC.jpg
Photo : Jez Elliott (CC BY 2.0)

L’image était pourtant belle ; en haut de ces Champs-Élysées que l’on nomme sans modestie « la plus belle avenue du monde », sous l’Arc de Triomphe, l’immense drapeau bleu semé d’étoiles de l’Europe flottait dans la brise tiède de cet étrange faux printemps qui accueillait la nouvelle année. La France prenant la présidence du Conseil de l’Europe pour six mois affichait ainsi son engagement. Qu’y avait-il à redire ?

Il y eut… et d’abondance. Sans surprise, évidemment, les cris de l’extrême droite et de la droite extrême, Le Pen et Zemmour, puis de la droite qui penche très à droite, avec Valérie Pécresse exigeant qu’on y adjoigne le drapeau français comme l’avait fait Nicolas Sarkozy. Jean-Luc Mélenchon lui aussi y alla de son couplet, mais il s’était déjà scandalisé de la présence de ce même drapeau à l’Assemblée nationale, et, pour finir, Fabien Roussel, le communiste… À droite, on n’hésita pas à parler d’outrage national et à sortir les mânes du malheureux inconnu inhumé sous l’Arc, à gauche, de l’Europe des délocalisations… Ce bref épisode – le drapeau sitôt suspendu fut retiré « comme prévu » prétendit l’exécutif, le symbole ne devant s’afficher que le jour de l’an – augure fort mal de la qualité du débat politique français en ce début d’année électorale.

Rappelons quand même, pour mémoire, et surtout pour l’histoire, que l’Arc de Triomphe, voulu par Napoléon 1er et inauguré en 1836 par le roi Louis-Philippe, est dédié aux armées de la Révolution et de l’Empire, lesquelles n’ont pas été précisément des modèles de paix et de concorde européenne, mais bien, au moins pour l’Empire, de politique expansionniste. Quant au soldat inconnu de 14-18, il est d’abord la victime des politiques agressives et nationalistes qui ensanglantèrent l’Europe au siècle dernier.

Le drapeau bleu, lui, est le symbole de la volonté de paix des pères fondateurs et des peuples contre les folies nationalistes et les xénophobies meurtrières. Réaffirmer cette option radicale pour la paix, pour la négociation, les accords et les traités, alors que d’inquiétants bruits de bottes résonnent à l’Est était une belle façon de commencer 2022.

Alors, Bonne Année quand même, en bleu, en tricolore et surtout dans toutes les couleurs et nuances de la vie.

Christine Pedotti Christine Pedotti

Photo : Jez Elliott (CC BY 2.0)

25/12/2021

JOYEUX NOËL, VOEUX 2022

  L'équipe de BOBIGNY VOUS PRESENTE ses meilleurs voeux pour 2022

image

Paroles de Mgr Hervé GIRAUD prélat de la MISSION DE FRANCE.pdf

24/12/2021

NATIVITE

Nativité

   Nativité du Maître de Salzbourg v.1400, Kunsthistorisches Museum, Vienne

Noël, fête de l’Incarnation. Qu’est-ce à dire, au-delà de tout un enseignement sur la façon qu’a Dieu de se présenter à nous, d’entrer en relation avec nous ? Avant de méditer... Lire la suite

23/12/2021

DOUCE FRANCE

bleu blanc rouge.jpg

TC.GIFDOUCE FRANCE

Nous espérions qu’en 2021 nous en aurions fini avec le « maudit virus ». Hélas, les perspectives pour 2022 demeurent inquiétantes, même si l’efficacité de la vaccination est grande et atténue les effets des vagues épidémiques. Le virus circule à vive allure et ne cesse de muter. Si les pays développés ont une forte couverture vaccinale, des pans entiers du reste du monde se heurtent à la fois à la non-disponibilité du vaccin, à des problèmes logistiques considérables et à des hostilités vaccinales extrêmement vives. Tout cela mêlé peut nous faire craindre que 2022 soit encore une année « Covid ». Pourtant, à l’aube de cette nouvelle année, plutôt que de nous laisser aller au découragement, prenons le temps de nous réjouir. Oui, osons nous dire qu’il fait bon vivre en France. Je sais tout ce qui peut être objecté à ces mots, mais prenons le temps de regarder ce qui va, ce qui est beau, bon et juste, afin d’y trouver la force de le défendre, d’entreprendre d’autres conquêtes et de le partager plus largement.

Reparlons donc du virus, des soins et des vaccins, et réjouissons-nous de vivre dans un pays capable de soigner tout le monde, sans exclure qui que ce soit pour des raisons financières. Vivre en France, même sans titre, ouvre le droit à la santé et à des soins de qualité. S’il faut se battre pour sauver une cathédrale, que ce soit celle-ci, celle de la « sécu » pour tous et toutes. Bien sûr, on peut – et il faut – faire encore mieux, rénover l’hôpital et l’offre de soins, mais ne boudons pas ce que nous avons.

Oui, le système de protection sociale – maladie, chômage, famille, retraite, logement, handicap – est lourd et complexe et peut et doit être amélioré, mais il existe et il fonctionne. Et c’est notre honneur de ne le soumettre qu’à des conditions de ressources et non d’origine.

Oui, l’Éducation nationale est une pesante machinerie qui peut et doit être améliorée, mais elle accueille tous et toutes, de la maternelle à l’université, gratuitement ou à très faible coût comparé à bien d’autres pays.

Oui, tant la justice que la police pourraient mieux fonctionner, mais, même cahin-caha, quoi qu’on en dise, la France est l’un des pays les plus sûrs et les plus paisibles au monde.

Réjouissons-nous de ce que nous avons, fruit des luttes, des conquêtes, des révolutions, des réformes. Et protégeons-le jalousement ; c’est la véritable identité de la France.

Publié le
Christine_Pedotti-100x100 (2).jpg