Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/10/2021

AUJOURD'HUI, PRÊTRE - PIERRE ALAIN LEJEUNE, prêtre à Bordeaux

6 octobre 2021       Aujourd’hui, prêtre

 
 

En ce mardi gris d’octobre, j’ai continué mon travail comme une bête de somme traçant le labour sous la pluie froide. J’ai poursuivi en essayant de ne pas trop me retourner, de ne pas perdre le rythme du cheval de trait qui sait qu’il ne doit pas s’arrêter au milieu du sillon. Et pourtant, Dieu sait si j’ai eu envie de lâcher l’attelage, accablé par le rapport de la CIASE rendu public ce matin. Dieu sait si j’ai souvent pensé aller, toutes affaires cessantes, me réfugier dans l’église voisine, fermer la porte et pleurer devant Dieu pour tant de misère.

Aujourd’hui j’ai continué mon travail, la honte au front et le cœur brisé ; j’ai continué parce que je ne pouvais pas laisser seul le vieil homme qui attendait de recevoir l’onction des malades, ni renoncer à visiter une famille endeuillée, ni oublier ces fiancés préparant leur mariage. J’ai continué avec toutes ces questions se bousculant en moi : Pourquoi ai-je voulu devenir prêtre ? Pourquoi me suis-je mis au service de cette Église dont j’ignorais tout de la face hideuse qui est révélée au grand jour ? A l’époque, aurais-je répondu de la même manière, si j’avais su ?

Aujourd’hui j’ai continué à poser les gestes du ministère en faisant le dos rond, portant dans ma prière douloureuse les milliers de vies brisées et les silences complices : les victimes et les bourreaux. J’ai fait le dos rond, sentant autour de moi, la suspicion portée sur mon habit de prêtre et l’état de vie que j’ai choisi : le célibat. Ce célibat qui depuis 25 ans, je dois le dire, m’a procuré bien plus de joies que de peines.

Aujourd’hui j’ai continué tant bien que mal à rejoindre des personnes en attente d’une parole ou d’un geste, j’ai continué à faire mon métier de prêtre. Et si ce n’était qu’un métier, je pourrais au moins démissionner et chercher à gagner autrement ma vie. Mais voilà… on devient prêtre par amour du Christ et de son Église. Et l’on ne quitte pas celle que l’on aime simplement parce qu’un matin ténébreux, elle nous apparaît laide. On ne la quitte pas même si l’on se découvre soudainement éclaboussé par sa laideur.

Aujourd’hui, j’ai continué à répondre au téléphone et aux nombreux messages quotidiens de celles et ceux qui cherchent un peu de lumière dans l’ordinaire de leur vie ou dans les drames profonds qui les traversent ; j’ai continué en me demandant pourquoi il me fallait porter le poids d’un péché commis par d’autres, porter au front la honte de ce que je n’ai pas commis. Sans doute cette douleur nous rapproche t-elle un peu des victimes d’abus sexuels qui, plus que tout autre, payent pour un crime qu’elles n’ont pas commis. Peut-être nous rapproche t-elle un peu de notre Seigneur Jésus Christ qui, d’une manière unique, a payé pour les péchés qu’il n’a jamais commis.

J’ai continué en priant de tout mon cœur pour les innombrables victimes de ces prêtres prédateurs qui ont usé d’une si belle vocation comme d’un filet de chasseur pour mieux capter leurs proies. J’ai continué en priant aussi pour tous ceux qui seront pris par l’envie de quitter le navire de l’Eglise. Bruyamment ou sur la pointe des pieds. J’ai continué pour résister à l’illusion qu’en nous éloignant des bourreaux nous serions innocentés de tout mal. J’ai continué en m’efforçant de ne pas déserter le champ de bataille. Or le champ de bataille, ce n’est pas seulement l’Église salie par la faute de ses membres ; le champ de bataille est en chacun de nos cœurs. Le mal n’est pas seulement chez l’autre ou chez les autres ; le mal est en chacun de nous, sous des formes diverses certes, mais il est là, tapi comme une bête sauvage qu’il nous faut dominer. J’ai continué en essayant de ne pas déserter mon cœur meurtri.

Christian de Chergé, moine de Tibhrine en Algérie, assassiné en 1995, écrivait quelques mois avant sa mort : « J’ai suffisamment vécu pour me savoir complice moi aussi, du mal qui semble, hélas, prévaloir dans le monde ». Lui le saint ! Lui, l’homme de paix, se reconnaissait complice du mal qui allait pousser ses propres bourreaux à le tuer. Et il priait pour eux… C’est peut-être cela la sainteté : ne pas se croire innocent d’un mal reconnu chez les autres, même le pire ; savoir que le vrai combat se joue à la porte de notre cœur.

Aujourd’hui j’ai continué à pédaler sous la pluie et dans le vent froid d’automne pour aller célébrer la messe avec quelques fidèles aussi blessés que moi par cette dure réalité. Ensemble nous avons célébré le mystère du Christ mort pour nos péchés ; lui l’innocent, mort pour sauver le criminel. Et ensemble nous avons crié vers Dieu : « délivre-nous du mal» !

Aujourd’hui, en ce sombre mardi d’octobre, j’ai continué à être prêtre parce que je sais que cette mission est plus grande que moi et que je n’en serai jamais digne ; j’ai continué à donner Dieu aux gens que je rencontrais, ce Dieu que je ne possède pas mais qui, un jour, s’est saisi de mes pauvres mains d’homme pour se donner au monde. Aujourd’hui, j’ai continué à être prêtre par amour du Christ et des hommes qu’il aime.

Pierre Alain LEJEUNE, prêtre  PA LEJEUNE.GIF

SYNODE ... QUEL CHEMIN A VIVRE ENSEMBLE ?

Synode... Quel chemin à vivre ensemble ?

GARRIGUES.GIF

Publié le par Garrigues et Sentiers

La démarche dite "synodale", telle que présentée par François et/ou le document préparatoire au Synode romain, riche de questions très intéressantes, apparaît malgré tout très centrée sur l'Église.

Il s'agit de rénover sa réalité comme son image, de permettre de fantasmer, d'imaginer, d'expérimenter une Église renouvelée, plus belle, parlante pour le monde, et évangélisatrice. Mais l'objectif est toujours l'Église ! Et au rythme que voudra l'Église.

Et cette Église, elle est invitée à se rénover grâce à la parole et à la participation de tous certes, animée par un leadership plus horizontal, mais, malgré tout, ayant l'autorité, car l'Église ce n'est pas une démocratie, précise le document romain.

Personnellement il me semble que nous sommes en présence d'une erreur de regard : l'Église est prise pour centre, pour une entité, celle qui garde les commandes et le tempo, une réalité à sauver, une quasi personne, alors que l'Église, à mon avis, n'est que la résultante, l'expression du peuple en marche, seule réalité fondamentale, espace d'action de l'Esprit qui, comme le vent, souffle où il veut... "et tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va " !

Et ce peuple en marche ne comprend ni supérieurs, ni inférieurs : il est un peuple d'hommes et de femmes investis dans la même réalité qu'est notre monde au quotidien, ėventuellement plongés dans le même baptême, dans le même compagnonnage avec Jésus et voulant en vivre au cœur de l'aujourd'hui.

Ce qui est merveilleux c'est de vouloir marcher ensemble.

Mais je n'ai pas envie de marcher pour refaire l'Église. Marcher ensemble, oui ! Mais pour être au cœur du monde, simplement riches de Jésus et de sa parole.

"Être en chemin avec" pour vivre et rencontrer les hommes et les femmes de notre temps aux prises avec la vie et les problèmes d'aujourd'hui : immigration, covid, sexualité et l'ensemble des questions autour de la vie,  affrontement de la mort, égalité femmes/hommes, modifications culturelles et religieuses, changement climatique, guerre et brutalité de toutes sortes, etc...etc...

C'est cela notre monde, c'est là que Jésus nous appelle à marcher ensemble, à inventer, à être avec : ce n'est pas de refaire ou d'améliorer l'Église. Pardonnez-moi ! Mais, pour moi, ce ne sont que des questions d'"intendance", même si elles peuvent apparaître capitales et urgentes à affronter. On y consomme temps et énergie, et c'est parfois – mais pas toujours –indispensable, toutefois cela ne doit pas faire oublier l'appel radical : non pas l'Église, mais le monde dans lequel nous vivons. En fait, L'Église, aux yeux de l'observateur, comme à ceux du croyant j'ose l'espérer, c'est comme le "film descriptif émerveillé, attristé et/ou rejoui" de ce peuple de marcheurs, la vie et la manifestation de gens animés d'une passion fondamentale pour les enfants, les femmes et les hommes aux prises avec toutes les interpellations de leur temps.

La seule grande question me semble-t-il, pour nous croyants : comment allons-nous pouvoir rester animés par ce Jésus et sa parole au cœur de ce monde pour lequel nos paroles, nos rites, nos envolées sur Dieu, ou nos discours théologiques ne parlent plus ?

Comment allons-nous pouvoir nous ressourcer pour être entièrement centrés sur cette marche au cœur du monde ?

Là, il y a un chemin à inventer et vivre ensemble : les autres croyants me sont indispensables pour partager la parole et me nourrir du pain. C'est cela mon nécessaire si je veux rester sur les traces de Jésus. Et j'en ai besoin, non pas pour m'occuper des problèmes d'Église (à moins qu'il ne s'agisse de problèmes existentiels immédiats d'hommes, de femmes, d'enfants), mais pour vivre l'urgence que sont la terre et tous les humains.

Oui ! En route ! Lâchons nos questionnements et nos visions auto-centrées d'Église, et osons cheminer ensemble en plein monde de 2021.

"Celui qui met la main à la charrue et qui regarde en arrière n'est pas digne de moi" dit Jésus. 

Jean-Luc Lecat

16/10/2021

HOMÉLIE DE JEAN-MARC AVELINE, ARCHEVÊQUE DE MARSEILLE, LORS DU CONGRÈS MISSION

 Chers amis,

Au terme de ce Congrès, j’aimerais ne pas vous laisser quitter Marseille sans vous remettre une petite boussole pour vous orienter sur les chemins de la mission. Cette boussole, comme toutes les boussoles, a quatre points cardinaux, qui sont comme quatre conseils que je voudrais vous partager pour qu’ils vous aident dans votre vie de disciples appelés à prendre part à la mission de l’Église. 

jmarc-aveline.jpg

Le premier conseil est celui-ci : attachez-vous au Christ ! C’est lui le Fils de Dieu, le Sauveur du monde. Vous l’avez gravé sur vos tee-shirt, inscrit sur vos sacs, et sur tout ce que vous ramènerez chez vous après ce week-end : c’est Jésus qui sauve ! Ne cherchez pas à sauver à sa place. Ne vous prenez pas pour des sauveurs ! Nous ne sommes que des serviteurs, et même des « serviteurs inutiles » (Lc 17, 10) ! Inutiles parce que Dieu, qui est tout puissant, n’a pas besoin de nous pour sauver le monde ; mais serviteurs, parce que Dieu, qui est tout puissant, a cependant voulu compter sur nous en nous confiant une mission, et en nous demandant, nous ses serviteurs, de devenir ses amis. « Je ne vous appelle plus serviteurs, a dit Jésus, je vous appelle mes amis. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande, et ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15). ... Chers amis Mgr JM AVELINE.pdf

08/10/2021

LA VERITE VOUS RENDRA LIBRES - MGR GAILLOT

GAILLOT JACQUES.jpg

La vérité vous rendra libres
 
L’Eglise catholique qui est en France se découvre blessée et humiliée. Elle n’a pas su voir et entendre ce qui se passait. 
Le rapport sur les abus sexuels a provoqué la stupeur et la honte. 
Que des dizaines et des dizaines de milliers de mineurs aient été abusés sexuellement par des prêtres, nous laisse sans voix!
 
Des victimes ont pris la parole, une parole qui a du prix et du poids. Une parole qui a été entendue. D’autres victimes continueront de se faire entendre. Grâce à elles, plus rien ne sera comme avant.
 
Après le pardon de l’Eglise institution, l’indemnisation des victimes, les modifications du droit canonique…, il restera le plus difficile à réaliser: l’égalité des droits entre hommes et femmes. Nous allons nous heurter à la domination masculine qui structure l’Eglise dans son histoire et sa culture.
Il s’agit que les femmes aient un droit d’accès à toutes les instances de l’Eglise et participent pleinement aux décisions. 
 
Que les femmes puissent accéder aux ministères ordonnés.
Que l’obligation du célibat ecclésiastique soit supprimée pour ouvrir la possibilité d’ordonner des hommes ou des femmes, marié(e)s ou non.
 
L’Eglise catholique qui est en France a eu le courage de créer une commission indépendante pour faire la vérité.
Aura-t-elle ce même courage pour mettre en œuvre, avec l’ensemble des baptisés, le suivi de cette commission ? Fera-t-elle confiance à la parole de Jésus ? 
« La vérité vous rendra libres » Jn 8,32
 
Jacques Gaillot
Evêque de Partenia
Paris 7/10/2021
(Photo:Pascal Deloche/Godong)

07/10/2021

APRES LA PUBLICATION DU RAPPORT DE LA CIASE ...

Christine_Pedotti-100x100 (2).jpgANNE SOUPA.jpgUn appel de Christiane Pedotti et Anne Soupa pour la tenue d'une Convention des baptisés et baptisées

Publié le par Garrigues et Sentiers

Le bilan est là, effroyable : plusieurs centaines de milliers d’enfants blessés dans leur chair et leur âme, empêchés de croire et d’aimer pour de longues années, des centaines de milliers de vies brisées, abîmées.

En effet, le nombre des abus, comme les mécanismes qui ont concouru à ignorer ou dissimuler les exactions des coupables, à faire taire les victimes et négliger leur souffrance, démontrent avec une terrible précision la responsabilité de ceux dont la charge était précisément de surveiller et protéger.

Il est vrai que, dans bien des cas, les com­mu­nautés, paroisses, aumôneries, etc. et les parents eux-mêmes n’ont pas su non plus reconnaître la gravité des actes et mettre en œuvre des moyens de protection. Mais ce fait même montre que le poids de l’autorité hiérarchique et l’usage abusif de la notion d’obéissance ont largement contribué au désastre qui est désormais dévoilé.

Le poison de cette violence, de ces secrets atroces, de ces dissimulations permises et garanties par les plus hautes autorités catholiques parcourt aujourd’hui encore le corps de l’Église, jetant le doute et la suspicion sur toute parole, celles des petits comme celles des savants, alors même que la mission première, fondamentale, celle qui justifie l’existence de l’Église, est de porter « la Parole », celle que Dieu lui confie. Parole de vérité, de confiance, de justice à laquelle a été substitué le mensonge, la dissimulation, l’iniquité. Quelle Bonne Nouvelle peut désormais annoncer l’Église ?

Que ce constat soit terrible ne le rend pas sans appel ! Et même, il avive et stimule nos consciences : il faut que le remède soit résolument à la hauteur du mal.

Nous devons prendre des décisions adaptées à la catastrophe que nous découvrons. Les règles actuelles d’exercice de l’autorité, du pouvoir et des responsabilités qui ont permis ce désastre ne permettront pas d’y remédier. Le temps des bonnes résolutions est terminé. Il faut agir, vite et bien. Disparaître ou renaître, il faut choisir. Déjà les catholiques d’Allemagne, face à la même catastrophe, explorent les contours d’une « Église d’après » au travers d’un chemin synodal.

À nous aussi d’imaginer une nouvelle organisation, de nouvelles règles qui soient de véritables garanties que plus jamais, dans la maison Église, de tels abus ne puissent se reproduire.

Pour ce faire, nous devons nous asseoir à la même table et nous atteler à ce travail. Sommes-nous légitimes ? Mais qui d’autre que nous le serait ? Oui, c’est notre mission de baptisés, hommes et femmes, religieux et religieuses, prêtres, diacres, évêques, et il s’agit de notre maison commune.

Laissons donc au vestiaire les hésitations et les scrupules ; laissons-y aussi titres, crosses, mitres, et cols romains. Et ensemble, frères et sœurs, dans l’humilité qui convient face au drame des victimes, revêtons notre seul vêtement de travail, le vêtement blanc de notre baptême, et ouvrons une « Convention des baptisés et baptisées ».

Ensemble, faisons de l’Église une maison fiable, une maison où les enfants et les femmes sont en sécurité, où les consciences sont respectées, où la liberté est protégée.

Christine Pedotti et Anne Soupa

Si vous désirez

06/10/2021

RECEPTION DU RAPPORT DE LA CIASE -VICTIMES D'ABUS SEXUELS-

RAPPORT CIASE.GIF

Réception du rapport de la CIASE

1/ Intervention de Sœur Véronique Margron Présidente de la Conférence des Religieux et Religieuses de France (CORREF), au sujet du rapport de la CIASE (Commission indépendante sur les abus sexuels dans …

Lire: https://missiondefrance.fr/reception-du-rapport-de-la-cia...

2/ Intervention de Monseigneur Éric de Moulins-Beaufort Président de la Conférence des Évêques de France (CEF), au sujet du rapport de la CIASE (Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église), …

Lire ... https://missiondefrance.fr/reception-du-rapport-de-la-cia...

25/09/2021

MORT DE BERNARD SESBOUE, FIGURE MAJEURE DE LA THEOLOGIE DU XXème SIECLE

_bernard-sesboue-fevrier-2006-0.jpg

C’est un théologien de premier plan qui s’est éteint à l’âge de 92 ans, à l’aube du mercredi 22 septembre. N’ayant pas peur de se confronter aux sujets épineux, Bernard Sesboüé avait l’art de rendre accessibles les questions les plus exigeantes. Un travail patient qui n’empêchait pas les prises de position fermes et argumentées dans les débats de société aussi bien qu’au sein de l’institution ecclésiale.

Homme attentionné et modeste, généreux et discret, il refusait toute mise en avant : « D’accord pour parler d’un sujet, pas de moi », concédait-il à son éditeur Marc Leboucher qui a publié plusieurs ouvrages du théologien jésuite, dont un livre d’entretien. « Il était originaire du Perche et avait ce sens terrien qui l’a conduit à mener aussi bien des recherches pointues qu’à engager des polémiques intelligentes », poursuit Marc Leboucher.

Un itinéraire jésuite

Né à La Suze (Sarthe) en juillet 1929, Bernard Sesboüé était entré au noviciat de Laval en 1948, après sa scolarité au collège jésuite du Mans, puis une licence de Lettres classiques à la Sorbonne. Après ses années de philosophie et de théologie à Chantilly (1952-1961) et son ordination sacerdotale (1960), il fait son « Troisième an » (année de discernement spirituel dans la Compagnie de Jésus) à Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), puis part à Rome où il soutient une thèse de doctorat sur Basile de Césarée.

Dès son retour en France, et pendant dix ans (1964-1974), il enseigna la patristique et la dogmatique à la Faculté de théologie jésuite de Lyon-Fourvière. Héritier d’Henri de Lubac tout aussi bien que de François Varillon ou Jean Daniélou, il trouvait les mots pour faire face à l’athéisme contemporain : « Dieu est celui qui nous reconnaît, qui s’intéresse à nous, s’approche de nous et veut nous communiquer sa propre vie », insistait-il.

Mais le théologien, qui passait volontiers ses vacances dans les Alpes, ne restait pas perché dans les hauteurs de la pensée. Un après-midi par semaine, il confessait les fidèles de passage à l’église Saint-Ignace à Paris, et accompagnait de nombreuses personnes. « Pour garder les pieds sur terre », confiait-il.

Lui qui n’a jamais oublié la brûlure de la foi, quand il citait un autre jésuite, le père de Grandmaison (1868-1927) : « Tous les travaux des spécialistes ne valent que pour nous donner accès à la source : arrivé près d’elle, que celui qui a soif s’agenouille, et qu’il boive. » Et Michel Fédou, autre théologien jésuite de renom, souligne encore : « Il avait une foi discrète, pudique et robuste qui transparaissait dans ses enseignements et ses ouvrages ».

Confrontations

Travailleur infatigable, il n’est guère de questions théologiques auxquelles ce jésuite passionné ne se soit pas frotté depuis plus d’un demi-siècle d’enseignement, de recherche et de publication. Les titres de ses livres en témoignent, qu’il s’agisse de L’autorité dans l’Église ou encore la formule Hors de l’Église point de salut. Des recherches qu’il avait à cœur de partager : « Pédagogue, il était très fraternel, toujours disponible, confie François Euvé, jésuite et rédacteur en chef de la revue ÉtudesTrès proche des étudiants, c’était un pilier de la formation dans la Compagnie. »

Soucieux du rejet du christianisme par l’Occident, Bernard Sesboüé n’hésitait pas à se lancer dans des ouvrages plus polémiques, afin de répondre, par exemple à Gérard Mordillat ou Frédéric Lenoir (Christ, Seigneur et Fils de Dieu, DDB, 2010), ou dénonçant encore les « insinuations mensongères » de Dan Brown et de son Da Vinci Code : « Il y a là quelque chose de très grave : les bons catholiques ignorent tout des origines du christianisme et de la manière dont la foi s’est répandue ».

Cette vivacité d’esprit, il l’aiguisa aussi à l’égard de l’institution elle-même, notamment vis-à-vis des ministères confiés aux laïcs, invitant l’Église à plus d’audace, ce qui n’a pas toujours été très apprécié de l’épiscopat. « Ce n’était pas de la provocation, précise encore Michel Fédou, mais une fidélité profonde à ce qu’il pensait, il portait une grande attention à ce dont l’Église a besoin aujourd’hui. »

« Écrire un livre de théologie, c’est casser des œufs pour faire une omelette », confiait le père Sesboüé avec cet humour qu’il cultivait notamment en communauté. C’était la liberté du théologien et du chrétien qui l’animait, invitant, par exemple, à une catéchèse qui engage un discours critique et qui n’en reste pas « à une catéchèse pour enfants auxquels on dit ce qu’il faut croire ».

Une parole vive, qu’il délivrait avec une humilité qui était aussi l’une des qualités de ce théologien souriant, vigilant et confiant : « L’Église ne sera jamais à la hauteur du Christ, il faut le reconnaître. La tâche redoutable de l’Église est d’être suffisamment transparente et fidèle pour pouvoir être le témoin toujours crédible du Christ. »

(1) Les funérailles du père Bernard Sesboüé seront célébrées lundi 27 septembre à Lille. Une célébration en mémoire du défunt aura lieu à l’église Saint-Ignace, à Paris, dans les prochains jours.

LA CROIX, Christophe Henning, avec Claire Lesegretain

   Lire ...MORT DE BERNARD SESBOUE

24/09/2021

MARSEILLE : PLUS QU'UNE VILLE, UN MESSAGE

En rentrant du pays du Cèdre, le pape Jean-Paul II avait lancé : « Le Liban est plus qu’un pays, c’est un message ! » Au moment où les regards se tournent vers Marseille, à l’occasion du Congrès mondial de la nature, organisé par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature), permettez-moi d’oser dire la même chose à propos de ma chère cité phocéenne : Marseille est plus qu’une ville : c’est un message ! Un message où la détresse se mêle à l’espérance. 

La détresse, parce que Marseille est blessée dans sa chair. Sous nos yeux, des mafias meurtrières et sans scrupule transforment la jeunesse des quartiers pauvres en chair à canon pour trafics en tous genres : armes, drogues, prostitution, etc. Cet été, la liste des morts, de plus en plus jeunes, s’est dramatiquement allongée et des populations entières se sont retrouvées prises au piège de leur environnement. Quand j’étais enfant, nous habitions les Quartiers Nord, à Saint-Barthélemy, dans une cité HLM pour agents de la SNCF. Les cités avoisinantes avaient des noms poétiques : Font-Vert, La Busserine, La Marine Bleue et La Marine Blanche, Les Rosiers et les Marronniers. Aujourd’hui, ces noms poétiques sont ensanglantés, les cités sont devenues des ghettos et depuis longtemps, dans les autres quartiers de la ville, l’indifférence a étouffé l’indignation. Marseille reste fière mais elle est meurtrie : d’un côté, elle continue de sourire pour charmer les touristes et se distraire au Stade ; de l’autre, elle s’enfonce dans la violence et pleure sa jeunesse. À quand un réveil des consciences ? Pourquoi et comment les réseaux de trafic ont-ils pris autant de pouvoir, narguant la République, ses lois et sa justice ? Jusqu’à quand les consommateurs de stupéfiants ne comprendront-ils pas la complicité qu’ils entretiennent avec les réseaux de la mort ? Marseille, certes, a besoin de moyens que seul l’État peut lui donner. Mais tous les moyens du monde ne sauraient suffire si les consciences ne se réveillent pas. 

Comme archevêque de Marseille, je veux cependant croire que les consciences ne sont pas irrémédiablement endormies ou anesthésiées. Comme le Liban, cette ville est riche d’une étonnante capacité d’espérance, envers et contre tout. Tel est l’autre message de Marseille : rien n’est jamais perdu, pour peu qu’on ait du cœur ! Sillonnant la ville depuis des années, je sais le patient travail des associations de quartier, des clubs sportifs ou des centres sociaux. Je sais le dévouement de tant et tant d’enseignants, du privé et du public, au service de l’éducation des enfants des quartiers délaissés. En tant que responsable de la communauté catholique, je sais également le rôle précieux des communautés chrétiennes qui habitent ces quartiers, développent du soutien scolaire et accueillent les plus déshérités. Humblement mais résolument, des liens se tissent, j’en suis témoin, entre des croyants de religions différentes, qui prennent soin ensemble des plus pauvres et doivent parfois lutter, au sein même de leurs religions, contre les discours de division et d’exclusion. Mais je puis l’affirmer : l’espérance est invincible, quand elle est portée par des hommes et des femmes de bonne volonté, quelles que soient leurs religions ou leurs convictions. Et pour le chrétien que je suis, cette espérance n’est pas une illusion naïve, car elle procède de la Croix du Christ, mort pour tous afin que tous aient la Vie. 

Marseille, as-tu du cœur ? Oui, je sais que tu en as, et bien plus que pour une célèbre partie de cartes ! Alors n’aie pas peur de reconnaître tes plaies et engage-toi à en combattre les causes. Car c’est en assumant sa vulnérabilité qu’on trouve le courage de son espérance. En accueillant le Congrès mondial de la nature chargé d’élaborer de nouvelles recommandations en faveur de la biodiversité en vue de la COP 15 en 2022, tu attires les regards du monde entier sur les rivages de la Méditerranée, cette mer qui a tissé ton histoire et te confie son avenir. Profite de cette opportunité pour te faire l’écho, non seulement de la clameur de la terre, mais aussi de la clameur des pauvres, d’une rive à l’autre de cette mer. Tu le sais d’expérience : rien ne sert de s’émerveiller devant la beauté de la nature si l’on ne sait pas s’indigner quand une vie humaine est bafouée. Je te dis tout cela, Marseille, non pas pour te donner des leçons, mais parce que je suis fier d’être Marseillais et que j’ai mal quand ma ville souffre ou est dénigrée.

Je te le dis, foi d’archevêque ! Marseille a une belle et grande mission. Plus qu’une ville, elle est un message pour le monde. Aidons-la à réussir et le monde réussira ! 

+ Jean-Marc Aveline, Archevêque de Marseille 31 août 2021

16/09/2021

L'ISLAM POURQUOI C'EST COMPLIQUE

ISLAM 3.GIF

Débattre de l’islam

Les islamistes font peser une menace en France, idéologique et parfois terroriste. Les musulmans, non. C’est tout l’enjeu du projet de loi « confortant le respect des principes de la République », en discussion à l’Assemblée nationale, de ne pas confondre les uns et les autres. Leur référentiel est largement commun, mais aussi pluriel et dissonant: c’est l’islam, au sens d’une religion pétrie d’histoire et de traditions, traversée de courants rivaux qui se sont développés à partir d’un socle originel magnifié. Transmis dans le cocon des familles ou redécouvert sur Internet, ce patrimoine permet à de nombreux musulmans de vivre leur foi et de se forger une identité, parfois en décalage avec la société environnante. L’articulation des fondements cultuels et culturels de l’islam avec la laïcité est un des grands enjeux de la décennie qui vient. Le processus est difficile et incertain.
En témoigne le refus de certaines fédérations d’adopter la charte des principes pour l’islam de France élaborée ce mois de janvier par le Conseil français du culte musulman. Une évolution est toutefois perceptible, grâce à un effort de réinterprétation de savoirs et de remise en cause de doctrines qui paraissaient immuables. Grâce aussi à l’énergie de penseurs, hommes et femmes, qui désirent que leur foi les aide à vivre pleinement ici et maintenant.
C’est de cette dynamique que La Croix va rendre compte pendant deux semaines. En analysant ce qui, dans la tradition musulmane et dans l’histoire, complique l’insertion de l’islam dans la société française et la coexistence entre musulmans et non-musulmans. Et en faisant ressortir des pistes théologiques qui s’inventent aujourd’hui pour une pratique plus libre et apaisée. Notre journal, inscrit dans le christianisme, souhaite ainsi contribuer à un débat décrispé et tempéré.
Jean-Christophe Ploquin

Lire le hors série du journal LA CROIX : L'ISLAM POURQUOI C'EST COMPLIQUE ... LACROIX_islam.pdf

 

09/09/2021

LES PLUS DE VINGT ANS

Christine PedottiPublié le 

Comme tous ceux et celles qui avaient l’âge de comprendre, je me souviens de ma stupeur devant des images qui semblaient sortir tout droit d’une super production hollywoodienne. Le 11 septembre 2001 est l’une de ces dates dont chacun se souvient. Nous savons ce que nous faisions, comment nous l’avons appris, comment nous sommes demeurés incrédules devant les écrans. On a dit que cette date marquait le véritable début du XXIe siècle. Elle marque en effet l’entrée dans un monde d’inquiétudes, d’affrontements et de violences dont le sombre chapelet s’égrène ; Madrid 11 mars 2004, Londres 7 juillet 2005, Paris 2015, Bruxelles, Nice, Berlin 2016… Mais la liste est infiniment plus longue et, si les grandes capitales occidentales ont payé un lourd tribut, il ne faut pas oublier Moscou, de façon répétée, l’Inde, l’Égypte, le Nigeria, le Liban, l’Irak, la Syrie… et, tout récemment, l’aéroport de Kaboul, 170 morts, plus de 200 blessés. Le macabre décompte totaliserait plus de 20 000 morts – principalement des musulmans. Il reste que le 11 septembre 2001 restera fixé dans les mémoires à cause du nombre des victimes, de la puissance des images et du mode opératoire : des avions civils détournés et utilisés comme armes, comme le seront de simples camions à Nice ou à Berlin. Pendant près de dix ans, jusqu’à ce jour funeste de septembre 2001, nous avions pu croire, avec la fin de la guerre froide et l’effondrement de l’URSS, à l’émergence d’un monde apaisé, voire à la « fin de l’histoire ». L’illusion fut de courte durée. Elle s’est évanouie avec la chute des tours du World Trade Center. Est-ce une guerre ? Oui, sans aucun doute. Elle se déroule parfois sur notre sol, le plus souvent ailleurs, en Afghanistan, au Mali, en Irak, en Syrie… Si les victimes ne sont pas majoritairement occidentales, loin de là, c’est bien le mode de vie occidental – la démocratie, les droits humains, particulièrement ceux des femmes, et le droit à l’éducation pour tous, l’une des cibles de Boko Haram – qui est attaqué. Comment la gagner ? Par le renseignement en déjouant les attentats, bien sûr, mais surtout en ne confondant pas l’idéologie des terroristes – un islamisme violent – avec le rigorisme religieux et, surtout, avec la foi ordinaire de millions de musulmans. Considérer tout musulman comme un terroriste en puissance, c’est donner la victoire à Ben Laden et à ses épigones. Nos meilleures armes demeurent le droit, la démocratie et la raison.

Christine Pedotti dans   mobile-logo

Photo : Robert J. Fisch, CC BY-SA 2.0, via Wikimedia Commons