Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2017

MISSION DE FRANCE - "VA TROUVER MES FRERES", SOYONS APÔTRES SIMPLEMENT

ag mdf pretres.jpgconference des ev.JPG

 AG1-foule.jpg

Mission de France : « Va trouver mes frères », soyons apôtres simplement
Publié le 21 juillet 2017

400 membres de la communauté Mission de France, prêtres, diacres et laïcs se sont réunis en assemblée générale à la Pommeraye (diocèse d’Angers) du 14 au 16 juillet. Arnaud Favart,vicaire général revient sur l’histoire de la communauté et leurs futures actions.

« Voici que le semeur est sorti pour semer… L’Évangile raconte un Jésus en sortie. Jésus ne sort pas de son village comme on sort de table. Il sort comme le migrant quitte sa terre natale. Jésus ne sort pas les béatitudes comme on sort des arguments. Il sort comme le semeur est sorti dans son champ pour semer. Jésus ne sort pas du temple comme on sort de l’université. Il sort comme quelqu’un franchit une frontière. Jésus ne sort pas du tombeau comme on sort du métro. Il sort comme le navire prend le large.
La mission n’est pas seulement sortie, elle est semence. Et la Mission de France a commencé en 1941 par un séminaire, autrement dit par un ensemencement. Elle a entendu l’appel à sortir pour oser la rencontre du monde dit « incroyant », pour que la Parole lève en d’autres terres. Ainsi nous sommes de sortie parce que l’amour est semence. L’amour des autres, l’amour de la vérité, l’amour de la vie. Dans la proximité que Jésus a voulu vivre avec les gens de son temps, avec les pauvres, les captifs, les aveugles et les opprimés, Dieu sort et dit quelque chose de lui-même au prix de la croix, malentendu radical et salutaire.

Lire ... Mission de France. va trouver mes freres, soyons apötres simplement.pdf

17/07/2017

LA MISSION DE FRANCE FAIT DE LA PLACE AUX "JEUNES PROS"

Recueilli par Mélinée Le Priol (à La Pommeraye), le 17/07/2017 à 6h00

MDF POMMERAUE JEUNES.jpg   Plus de 400 prêtres, diacres et laïcs ont participé ce week-end, près d’Angers, à l’assemblée générale de la communauté Mission de France, qui se tient tous les cinq ans.

Pour la première fois, une quarantaine de jeunes professionnels étaient présents. Leur intégration est l’un des enjeux actuels de cette communauté, dont la vocation est de constituer une présence chrétienne « dans des territoires étrangers à la foi ».

Les jeunes catholiques de sensibilité sociale existent-ils encore ? La question mérite d’être posée, alors que l’attention s’est largement portée ces dernières années, en France, sur une nouvelle génération de chrétiens souvent qualifiés de décomplexés et d’identitaires – opposés au mariage homosexuel, sensibles aux problématiques familiales et bioéthiques.

Les jeunes professionnels qui frappent à la porte de la Mission de France (MDF) ne cachent pas leurs réserves face à cette sensibilité jugée « moralisatrice » et se sentent davantage concernés par des questions comme la précarité, l’écologie ou l’accueil des migrants. Ils ne se reconnaissent pas non plus dans une expression trop directe de leur foi et froncent le sourcil quand on leur parle, par exemple, d’évangélisation de rue.

Lire ...La Mission de France fait de la place aux.pdf

06/07/2017

ENCRE DE CHINE - EDITO d'Arnaud FAVART Vicaire Général de la MISSION DE FRANCE Juillet 2017

AF.jpg

Le bus se traîne dans les artères de la métropole chinoise. Nous avons le temps de parler. Marie étudie la langue française à l’Université, ce qui la fait voyager dans un univers inconnu, avec ce qu’il comporte de fascination et d’étrangeté. Les mots de l’extrême occident lui ouvrent des portes qu’elle n’aurait jamais imaginé. Dans un grand rire communicatif, elle dit non avec sa tête et oui avec le cœur, à la manière du Cancre de Prévert. A ma grande stupeur, elle trace le signe de croix, puis m’interroge : « Etes-vous religieux ? Moi, non, mais je fais ça tous les matins ; cela me met en paix ! »

Y aurait-il une aspiration universelle à chercher la paix dans cette disposition que les uns appelleront prière, d’autres méditation ou recueillement ? Qu’est-ce donc que nous faisons quand nous prions ? De la vie et de ses à-coups, des psaumes et des moines, j’ai appris que la prière est un rendez-vous, au sens où l’on se rend devant quelqu’un en baissant le ton et les armes.

Pour ce numéro de l’été (Paroles de Mission n°10), quelques-uns d’entre nous diront ce qu’ils guettent de la nuit et du jour, ce qu’ils explorent de terres et de taire, quand ils prient.

Chacun des auteurs dira comment la prière tient du rendez-vous de la surprise. Surprise de la fenêtre qui s’ouvre avec l’ami attendu ou espéré. Surprise du temps qui s’en va en laissant une trace légère ou pesante.

Chacun dira comment la prière tient du rendez-vous avec la conversation du monde, celle des pourquoi et des comment, celle des cris sans réponses et des chuchotements d’espérance. Une conversation qui ne manque pas de sel quand l’Evangile s’en mêle.

Chacun dira combien la prière est un rendez-vous avec quelqu’un dont la résistance à dévoiler son visage va de pair avec la générosité avec laquelle il donne sa respiration, son souffle de vie.

 Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

 

20/06/2017

LA VALLE DE LA ROYA,TERRE D'INSOUMISSION ET DE FRATERNITE

Reportage d’Olivier CHAZY, équipe de mission Précarité IDF pour la Mission de France

OLIVIER CHAZY.jpgLa vallée de la Roya, vous connaissez ? c’est cette vallée dont on parle dans les médias, qui est enclavée dans l’arrière-pays Niçois, entourée de montagnes escarpées, au nord c’est l’Italie, au sud c’est l’Italie, l’accès à Nice ce fait soit par l’Italie soit par la départementale et un train empruntant de longs tunnels.
5000 habitants se répartissent sur cinq villages presque tous issus du moyen-âge, plantés à flan de montagne, une population de retraités et d’agriculteurs pauvres y vivent avec l’envie surtout d’être tranquille

Mais les autorités des Alpes maritimes sont sur le pied de guerre, En 2016, 36 000 réfugiés, principalement des Érythréens fuyant leur dictature, des soudanais du Darfour fuyant une tragédie humanitaire majeure ou les villages sont bombardés, de l’Afghanistan et d’autres régions ont pris le risque de traverser toute l’Afrique à pied et tentent d’entrer en France par Vintimille, après un périple d’un à deux ans, avec femmes enceintes et enfants. Ils ont été interpellés par les différentes polices mobilisées et refoulés vers l’Italie, quelques-uns ont pu franchir les cols à 1000 mètres, même pendant l’hiver, ils ont contourné les contrôles et sont redescendus sur les villages de la vallée de la Roya,

Lire ... La vallée de LA ROYA.pdf

04/05/2017

MESSAGE DU 1ER MAI 2017 - UN TRAVAIL POUR TOUS - MGR HERVE GIRAUD, PRELAT DE LA MISSION DE FRANCE

   logo mdf.JPG

                                                              mdf travail.JPG  

+ Hervé GIRAUD – prélat de la Mission de France

Le 1er mai est la « fête du travail »… et pourtant elle n’est pas la fête de ceux qui n’en ont pas, qui y souffrent ou dont le salaire ne suffit pas à nourrir les leurs. Le chômage empêche de vivre et de faire vivre. Comme l’écrivait le P. Joseph Wresinski : « Ce qui rend libre, ce n’est pas le travail, mais c’est la dignité qu’il confère. » Alors comment faire de cette fête… une fête, surtout dans le contexte social, politique, syndical et mondial ? Comment nous engager pour un monde où le travail épanouira, fera vivre, reliera et même enthousiasmera ? Derrière les chiffres des chômages, de véritables traumatismes naissent de centaines de suppressions d’emplois ou, d’une manière plus insidieuse, lorsque pour la 18ème fois on refuse un simple stage à un jeune, lorsqu’on impose des temps partiels avec des salaires injustes ou quand on supprime des moyens de santé dans des zones rurales, où il faudrait précisément plus de prévention et de moyens. Il s’agit surtout de penser aux personnes, aux familles qui s’enfoncent dans des difficultés quotidiennes : le chômage de longue durée déshumanise. On voit aussi ce que produit l’absence ou la précarité du travail, surtout chez les jeunes. Personne ne peut se satisfaire de cette situation. Personne ne peut la déplorer sans essayer d’y porter remède. Une économie libérale débridée montre ses propres limites, surtout quand on pense à nos frères et sœurs de Chine, des Philippines, d’Algérie ou de Guyane pour ne citer que ceux qui nous sont déjà proches par la mission.

1. Un travail pour tous ... Lire ... Message du 1er. mai 2017 Mgr HERVE GIRAUD prélat de la MISSION DE FRANCE.pdf

03/05/2017

COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE - DECLARATION CONJOINTE AVEC 38 MOUVEMENTS ET ORGANISATIONS CATHOLIQUES

cmdf urne.JPG

Cette déclaration conjointe a été signée vendredi 29 avril en soirée par 38 mouvements et organisations catholiques dont la Communauté Mission de France.
« Avec ce texte nous prenons part sans ambiguïté au débat politique en rappelant des valeurs conformes à l’Évangile et à l’enseignement social de l’Église. Nous estimons que les thèses extrémistes et leur banalisation constituent un danger pour la démocratie, la paix sociale et l’avenir de l’Europe. On ne construit pas un projet politique crédible en manipulant l’histoire, en attisant la haine et le ressentiment. Dans cette ligne la position de Mgr Giraud, son prélat, et de son conseil se situe dans la continuité de la position prise par la Mission de France en 2002.
Dans sa réflexion du 1er mai 2017 sur le travail, Mgr Giraud rappelle la nécessité d’un travail humain et digne pour tous comme objectif majeur de tout projet politique. Bien des membres de la Communauté Mission de France agissent localement et dans les réseaux sociaux pour faire connaître leur détermination contre un projet politique qui décrédibiliserait la France et sa tradition républicaine de liberté, d’égalité et de fraternité universelle. »

Mgr Hervé Giraud, Prélat de la Mission de France et son conseil

LIRE... Cette déclaration conjointe a été signée vendredi 29 avril en soirée par 38 mouvements et organisations catholiques dont la Communauté Mission de France.pdf

01/05/2017

MISSION DE FRANCE - PONTIGNY - A QUELQUES JOURS DES ELECTIONS.

1er MAI Saint Joseph travailleur

MUGUET.jpg

A MÉDITER (texte Mission de Fance -PONTIGNY)  (à retrouver sur Facebook)

 MDFPONTIFGNY.png

Chers frères et sœurs,

À quelques jours des élections qui porteront à la responsabilité la plus haute de notre État celui ou celle qui aura reçu la confiance des Français, je voudrais vous rappeler des choses à dire vrai bien élémentaires.

N'attendez pas de moi que je vous dise s'il faut voter ou non, et pour qui. N'attendez pas de moi non plus que je me risque sur le plan économique ou politique à décortiquer les programmes. Vous êtes assez grands pour le faire.

Mais je dis simplement que si nous voulons être disciples de Jésus, il faut que les choix de notre vie, surtout quand ils concernent d'autres que nous, soient en cohérence avec la vie et la mort de Jésus, les raisons de sa mort, avec ses gestes et ses paroles et, plus lointainement, avec la grande tradition biblique.

* Or, au sein du peuple hébreu, souvent xénophobe bien que ou parce qu'il était le peuple élu et qu'il devait garder la foi au Dieu unique au milieu de nations polythéistes, il est sans cesse rappelé que le Dieu unique, justement parce qu'il est le Dieu unique, est le Dieu universel et qu'il accueillera l’Égypte et l'Assyrie qui deviendront eux aussi son peuple. (Isaïe 19) La fraternité universelle fait partie de nos gènes.

C'est ce que Jésus fera en accueillant la Samaritaine, la Cananéenne, le centurion romain, les publicains et les pécheurs. Il est Fils du Dieu qui fait pleuvoir ou briller son soleil sur les justes et les pécheurs, c'est-à-dire sur tous les hommes sans distinction car la terre et ses ressources appartiennent à tous.

* Au peuple qui est dit avoir été libéré de l'esclavage de Pharaon, il est sans cesse rappelé que parce qu'il a été émigré, il doit lui-même accueillir l'émigré et l'étranger. (Ex 22, 20; Dt 10, 19)

Et Paul fera entrer les païens grecs dans l’Église d'origine juive.

* Enfin, partout dans l’Écriture, il est dit que sont premiers la libération de l'opprimé où qu'il soit, le service des pauvres quels qu'ils soient et sans limitation de frontières. Les Pères de l’Église ont dit et redit sans se lasser que le bien commun prime sur les intérêts particuliers, et que nourrir les pauvres, loger les pauvres, vêtir les pauvres et leur assurer une vie digne en quelque point de la planète que ce soit, n'est pas une charité qu'on leur fait mais leur droit que l'on doit respecter. C'est la parabole du riche et de Lazare.

Tout ceci n'est ni secondaire, ni facultatif pour un chrétien.

C'est axial.

Que personne d'entre nous ne l'oublie quand il ira voter.

Lire ...MISSION DE FRANCE PONTIGNY.pdf

27/04/2017

ENGAGEMENT - POLITIQUE ET SPIRITUALITE -

CMDF 2016.pngPAROLES DE MISSION N°9.JPG

Peut-on conjuguer spiritualité et politique ? si oui, comment ? Avec quels bénéfices ? Telles ont été les questions abordées le 18 février à Lyon à partir du livre de Marion Muller-Collard,"LE COMPLEXE D'ELIE. Vie spirituelle et vie politique"

A Lyon, la Communauté Mission de France - au titre du dialogue incroyance-foi -, le service Arts, cultures et foi, la bibliothèque Jean Gerson du diocèse de Lyon et la Conférence catholique des baptisés de Lyon (CCB-L) ont organisé une journée qui a réuni 60 participants, le samedi 18 février 2017, autour du livre de la théologienne protestante
Marion Muller-Colard, Le Complexe d'Élie. Vie spirituelle et vie politique (Labor et Fides, 2016).
La matinée a permis l'appropriation du livre..MarioN, Muller-Colard part d'une rencontre avec Jo Spiegel, maire de Kingersheim ... >>> PAROLES DE MISSION AVRIL 2017 _20170427_0001.pdf
LE COMPLEXE D'ELIE.JPG

25/04/2017

VOTER AVEC SON PANIER

FAVART A..jpg

22 MDF.GIF

C’est bien connu, le monde politique est un panier de crabes et les élections un piège à frustrations. Voter pour qui, voter pour quoi ? Lequel d’entre nous n’a pas été interpellé par un voisin, un copain ou un concitoyen, sur l’improbable conviction avec laquelle il glissera le bulletin dans l’urne présidentielle. Voter utile, voter contre, voter blanc, les solutions ne sont pas légions.

Les élections sont devenues un match, les matchs ont muté en spectacle et les spectacles en performance dont on se félicite du caractère éphémère. Ephémère, voilà le mot ! Celui qui résume l’absence de lendemain, et donc l’obsolescence programmée de tout projet et de toute promesse !

Alors voter avec son panier, qu’est-ce à dire ?

Nous sommes gouvernés par des comportements alimentaires savamment étudiés par les circuits de distribution. Nous sommes gouvernés par des goûts assimilés dès notre tendre jeunesse et savamment mis au point par quelques laboratoires industriels, qui décident par ailleurs de la meilleure façon de produire poulets, veaux, vaches, cochons nourris à des végétaux globetrotters. Puisque nous mangeons tous les jours, consommons là où on ne nous attend pas. Ne soyons pas gouvernés par là où on nous emballe. Un panier n’a rien d’éphémère, même dans l’univers numérique ! C’est un emballage qui n’ira pas grossir le misérable continent plastique à la dérive sur les océans.

Merci à tous ceux qui ont témoigné dans ce numéro (Paroles de Mission n°9) de leur panier rempli de bien d’autres manières de commercer ensemble. Ils ont le bon goût de redonner l’appétit d’être acteur de relations plus citoyennes. Ils nous appellent à voter avec les pieds et les mains, là où on peut être acteur d’un mode de vie moins générateur de déchets et de gâchis humains.

Tout est dans l’assiette parce que tout est lié. 

Arnaud Favart, Vicaire général de la Mission de France

PAROLES DE MISSION N°9.JPGAbonnement site MDF - 5 n° = 22€

24/04/2017

A L'ISSU DU 2ème TOUR DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES ...

2ME TOUR.JPG

A l’issue du résultat du premier tour des élections présidentielles, la Conférence des évêques de France rappelle différents points évoqués à de nombreuses reprises au cours des derniers mois.

SUR LE ROLE DE L’EGLISE CATHOLIQUE

A la lumière de l’Evangile qui inspire son Enseignement social, l’Eglise catholique veut éclairer les consciences en donnant des éléments pour le discernement.

Ainsi, n’appelle-t-elle pas à voter pour l’un ou l’autre candidat mais, en rappelant les enjeux de l’élection, elle souhaite donner à chacun des éléments pour son discernement propre.

Elle redit l’importance du vote : acte citoyen, acte responsable dans une démocratie.

Elle replace ce scrutin présidentiel dans un processus démocratique qui ne s’y limite pas mais qui se prolongera dans les législatives (juin) et les sénatoriales (septembre) ; qui se traduit aussi dans d’autres formes de participation à la démocratie (démocratie participative locale, fonctionnement associatif) ; et qui s’accompagne enfin de l’engagement des citoyens dans la vie sociale.

LES FONDAMENTAUX POUR AIDER AU DISCERNEMENT

Dépositaire du message de l’Evangile qui inspire l’Enseignement Social, l’Eglise catholique en rappelle certains principes fondateurs comme la recherche du bien commun, la destination universelle des biens, la mise en œuvre de la fraternité, l’attention aux plus fragiles, la dignité de la personne humaine et la subsidiarité. 

Lire... A L'ISSU DU 2ème TOUR DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES.pdf

  Source :22 MDF.GIF