Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2018

DECES DE JEAN DERIES PRÊTRE DE LA MISSION DE FRANCE

logo cmdf (1).jpgJean DERIES  2 septembre 1930 – 14 avril 2018

Né le 2 septembre 1930 à Condrieu (Rhône), 6ème d’une famille de 11 enfants, il est entré au séminaire à Lisieux en octobre 1951. Il est ordonné prêtre le 22 mars 1958 à Pontigny. Prêtre-ouvrier, maçon et théologien, il est à la retraite depuis début 1992.A Grenoble depuis 1975, il faisait partie de l’équipe « Voix Nomades » dont il était le répondant.
Artisan de l’ouverture de la Mission de France vers la Communauté Mission de France, il est en particulier l’auteur du texte « Silence et Parole » qui introduit le Manifeste de la Communauté Mission de France de 2002.

« J’ai mis mon espoir dans l’appel évangélique à être là, au cœur de la simplicité humaine ou l’Appel nous a rejoints. Suivre le Christ, l’accompagner, en tant que son diakonos, homme de confiance, au service de sa parole, avec lui et par lui au service de tous » (LAC N°272, décembre 2013).

JEAN DERIES.JPGSur un sentier de haute montagne, Jean a franchi le col et disparu de nos regards. Il nous reste l'écho de son pas lourd, la trace de sa solide pogne dans notre main, le sourire et les yeux dans le cœur, les cheveux toujours en bataille dans le vent. Ses amis étaient nombreux comme les grains de sable, tant il vous gagnait à la joie de la conversation. Sa voix était reconnaissable entre toutes, on aurait aimé l’entendre encore et encore. Au fil des épreuves, la fraternité et la liberté ont tissé la trame d’une existence passionnée par l’Evangile en acte, en chemin et en esprit. Une immense gratitude nous habite, avec le regret qu'ici-bas ce soit déjà fini et que les plus jeunes et ceux à venir n'aient plus que du papier à lire quand il s'agissait de la Parole. LIRE ... 2018 AVRIL Jean DERIES.pdf

12/04/2018

INTERVIEW par RCF, DU PERE HERVE GIRAUD, PRELAT DE LA MISSION DE FRANCE ET EVÊQUE DE SENS AUXERRE

L'EGLISE N'EST PAS "EN MARGE DE LA REPUBLIQUE"

GIRAUD.JPG

Cliquez sur la photo pour écouter l'interview

Le père Hervé Giraud, prélat de la Mission de France et évêque de Sens et Auxerre, revient sur la soirée d’échange entre la Conférence des évêques de France et Emmanuel Macron, au Collège des Bernardins.

29/03/2018

COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE -EDITO- PAROLES DE MISSION N°13 MARS 2018

favart.JPG

Terminus

Les Romains avaient inventé un dieu nommé Terminus, comme gardien des bornes. Recourir à un tel arbitrage sacré en dit long sur les ardeurs guerrières qui se manifestent aux frontières. Elles n’ont jamais été des lieux de tout repos. L’histoire regorge de guerres et de conflits de voisinage. Clôtures, grilles et barbelés sont censés repousser l’envahisseur. Les murs des prisons doivent isoler ceux qui nuisent à l’ordre public et la sécurité.

Pour autant, l’instauration de frontières met-elle à l’abri des maux que nous redoutons ?

Plus de prisons n’empêchent pas le cycle de la délinquance et de la violence. La peine d’enfermement l’emporte plus souvent sur l’objectif de réhabilitation. Pourquoi la France n’emprunte-t-elle pas les voies alternatives que d’autres pays européens ont mises en œuvre avec plus de succès pour la réinsertion ?

Plus d’obstacles aux frontières et moins de droits pour les migrants vont-ils diminuer la pression migratoire ? Poser la question ainsi ne fait que renforcer l’approche anxiogène, aussi bien pour les citoyens que pour les migrants à l’abois.

L’aspiration qui préside à la modernité, c’est l’affranchissement des frontières, pas son abolition. Il n’y a pas d’espérance de vie sans fluidité des échanges biologiques, sans circulation des biens matériels et des courants spirituels. Terminus veille à la fluidité, il ne l’empêche pas.

Quand une société se crispe sur ses lignes, comme en Mai 68, elle implose. Des attaches réputées indissolubles liées à la terre, à la famille, au travail, à la religion, à l’ordre social étaient devenues des servitudes. Aujourd’hui, c’est la solitude des individus qui fait problème. L’enjeu est repassé du côté des attaches, celui du bien commun, et des liens durables, ceux de la confiance échangée avec autrui

 Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

 

16/03/2018

S'ENGAGER, VOUS AVEZ DIT S'ENGAGER !

Débat à partir du livre :

 "Plaidoyer pour un nouvel engagement chrétien"

en présence des co-auteurs du livre Pierre-Louis CHOQUET et Jean-Victor ELIE

et des témoins :

  • Guy AURENCHE (ancien Président CCFD Terre solidaire)
  • Eliette de LAMARTINE (ex chrétiens en grandes écoles)
  • de le JOC
  • des jeunes de la Mission de France

Capture.JPG

Voir le tract ... débat saint merry 19 mars 2018 tract électronique (1).pdf 

27/01/2018

"SI TU NE LE FAIS PAS SAUTER, JE TE QUITTE"

ARNAUD F.jpg

Lequel d’entre nous n’a pas reçu un jour cette confidence de la part de femmes en détresse ? Elle a ses variantes : « je te dénonce » ou « je te vire ». J’en ai encore le vertige quand leur visage ou leur récit frappe à la porte de ma mémoire. Combien de jeunes filles, de jeunes femmes de tout milieu, ont vécu une grande solitude, abandonnées par leur compagnon au moment où leur vie basculait dans l’inconnu ? Encore que l’égalité des milieux n’ait ici rien d’objectif, tant la misère s’incruste dans un monde plutôt que l’autre. L’environnement familial n’est pas toujours disposé à entendre ce qui dérange l’ordre rêvé et ce qui déroge à ses valeurs espérées. L’environnement social n’est pas toujours disposé à accompagner avec la délicatesse voulue le choix d’une vie inattendue. Et l’on voudrait que la décision pèse de droit et de tout son poids sur deux seules épaules.

Oui, l’avortement est un drame. L’histoire de l’humanité en a écrit de pleines pages. Mais, à quel moment commence le drame ? Dans l’antichambre de l’hôpital ou dans les évènements qui l’ont précédé. Quels évènements ? Terrible euphémisme pour désigner des rapports homme-femme chargés de passion pas toujours légère ni confortable. L’Eglise sait faire la différence entre l’acte et la personne. Elle mesure la portée du lien, mais l’exprime avec maladresse si bien que le sentiment d’exclusion l’emporte trop souvent.

La prise de position du MRJC a quelque chose de dérangeant. Il serait tentant de l’écarter d’un revers de main, pour que l’eau ne soit plus troublée par quelques pavés impurs jetés dans la mare. Je n’ai pas envie de la recevoir comme une prise de position de plus dans la nébuleuse agitée des réseaux sociaux. Je l’accueille comme un cri jailli de la vie de femmes, d’hommes, de familles pris dans la tourmente. Je la reçois parce que je connais l’ardeur des jeunes du MRJC à promouvoir la vie dans les territoires ruraux désertés au profit des métropoles et de la compétitivité. Je sais leur engagement pour l’agro-écologie et le développement durable, pour la paix et le désarmement, pour l’éducation à l’initiative et à responsabilité. Je leur tends la main parce que je reconnais en eux quelque chose du rêve du pape François. Des jeunes chrétiens qui sentent l’odeur des brebis, qui se font hôpitaux de campagne au chevet des accidentés de la vie. Ils aiment le C de leur attache chrétienne, même s’ils n’en maitrisent pas toutes les arcanes théologiques. Au cas où nous l’aurions oublié, ils nous rappellent que l’injustice et l’exclusion n’évangélisent jamais. 

Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

Lire l'article de LA CROIX  ... La-Croix-Declaration-sur-l-avortement-le-vicaire-general-...

 

17/01/2018

INVITATION POUR CELLES ET CEUX QUI ONT CROISES LE CHEMIN DE LA MISSION DE FRANCE ....

logo cmdf (1).jpgA l’attention des membres de la CMDF Ile de France

Les Amis de la Mission de France organisent une journée conviviale

le samedi 24 février 2018

pour se rencontrer, discuter, réfléchir et prier

avec Arnaud FAVART et Jacques LECLERC.

A Notre Dame d’Espérance

  47 rue de la Roquette 75011 Paris.

ARNAUD F.jpgJACL DU S.jpg

 Cette journée pour toutes celles et tous ceux qui ont croisé le chemin de la Mission de France, qui sont attachés à son témoignage ou qui souhaitent la découvrir. 

ACCUEIL à partir de 10h

avec Arnaud FAVART, vicaire général de la Mission de France
Rencontre avec Jacques LECLERC, prêtre de la Mission de France qui reviendra sur 25 ans de vie en Asie.

  • Déjeuner sur place
  • Table ronde autour des attentes des Amis de la Mission
  • Célébration eucharistique pour terminer la journée et …. repartir en forme

ENVOI vers 17h30

Inscrivez-vous dès maintenant, nous espérons vous y retrouver nombreux ! ===>>> 

Info et inscription : http://missiondefrance.fr/journee-amis-de-mission/

Aidez-nous à faire circuler cette invitation autour de vous ! MERCI

AMIS DE LA MISSION.JPG

 

12/01/2018

N'OUBLIONS PAS THIBIRHINE

JML.jpgN-oublions-pas-Tibhirine.jpg 

Source LA CROIX

Prêtre de la Mission de France et agronome, Jean-Marie Lassausse a vécu de 2001 à 2016 au monastère de Tibhirine, en Algérie, désormais repris par la Communauté du Chemin-Neuf.

Dans son livre-témoignage – N’oublions pas Tibhirine : quinze ans avec les martyrs de l’Atlas (Bayard, 178 p., 16,90 €) - il raconte ses années au monastère, à la fois exploitation agricole et lieu d’accueil.

Vous avez vécu de 2001 à 2016 au monastère de Tibhirine en Algérie, là où sept moines cisterciens ont été enlevés puis tués pendant la décennie noire. Quelle est selon vous la vocation de ce lieu très spécial ?

Jean-Marie Lassausse : Pour reprendre l’expression de Mgr Pierre Claverie (NDLR : ancien évêque d’Oran, assassiné en 1996), le monastère de Tibhirine fait partie de ces « plateformes de rencontre » animées par l’Église en Algérie. Pour cette raison, la porte doit toujours rester ouverte à tous ceux qui se présentent : visiteurs algériens ou étrangers, retraitants etc. Je rêve qu’un jour cette vocation puisse se renforcer, que l’on puisse y organiser des colloques, des expositions… Pour cela, il faudrait que, comme la population locale, les autorités algériennes voient ce lieu non comme un danger mais comme une chance. Lire...Le père Jean.Marie LASSAUSSE N'OUBLIONS PAS TIBHIRINE.pdf

02/01/2018

SELFIE ET PERIPHERIE

ARNAUD F.jpg

 Selfie et périphérie

Un anniversaire, un mariage, une promotion, Il est des jours où ça fait du bien d’être au centre des regards. C’est comme un selfie. On est bien là, sur la photo ou à l’écran, au cœur de l’évènement où convergent les regards du jour.

Quand on est pape, n’est-on pas au centre du monde et de l’histoire ? Pourtant François n’est jamais du genre selfie, « venez et voyez », mais du style « allez-y et retroussez les manches ».

L’envoi aux périphéries n’est pas une aventure dont on sort indemne. Celui qui part véritablement perd l’assurance d’apporter ou d’enseigner quelque chose. La rencontre des autres prend l’allure d’un dépaysement, le partage de leur condition de vie devient un vrai voyage intérieur. Sa propre foi est bouleversée dans le dialogue avec ceux qui l’accueillent comme un étranger parmi d’autres. Alors peuvent s’ouvrir des horizons nouveaux.

Donner la parole à ceux qui ne décident jamais, partir des attentes de ceux qui sont moins bien lotis ou marginalisés, demandent une véritable conversion du regard dans tous les domaines.

Qui sont mieux placés pour parler de l’habitat insalubre ? Les mal-logés ou les urbanistes ?

Qui sont les mieux placés pour parler de l’emploi précaire ? les chômeurs ou les manageurs qui ont fait de la compétitivité leur religion ?

Qui sont les mieux placés pour parler des territoires abandonnés, qu’ils soient ruraux ou en périphérie des villes ? Combien de cités stigmatisées, jamais associées aux décisions qui concernent leur avenir, recèlent des vraies capacités à entreprendre, des réseaux de solidarités étendus et vivants, des trésors spirituels méconnus ?

Allez aux périphéries, c’est chercher à comprendre ce que Dieu attend de nous, à partir des relations que nous avons nouées avec celui qui a faim, celui qui est nu, en prison ou malade. Là où vivent des hommes, des femmes, loin des regards envieux, mais tant aimés de Dieu.

 Arnaud Favart, vicaire général de la Mission de France

http://missiondefrance.fr/ 

01/01/2018

MEILLEURS VOEUX 2018

logo cmdf (1).jpgCOMMUNAUTE MISSION DE FRANCE -

L'équipe d'engagement missionnaire de BOBIGNY vous présente ses voeux pour 2018 et vous remercie de votre fidélité

VOEUX 2018 MDFBOB.pdf

voeux mdf 2018.JPG

22/12/2017

TOUJOURS PAS DE PLACE POUR EUX DANS LA SALLE COMMUNE

logo cmdf (1).jpg

A la veille de la fête de Noël, la Communauté Mission de France s'indigne du sort réservé aux migrants dans notre pays. 
Elle s'associe au texte du Collectif et à la lettre commune du Secours Catholique et de la Fédération de l’Entraide Protestante adressée au Président de la République pour demander une politique migratoire plus digne et plus respectueuse de la tradition d'accueil de la France.
De nombreuses équipes se sont engagées dans l’accompagnement des migrants arrivés en Europe et dans notre pays au terme d'incroyables et dangereux parcours.
Quitter sa terre, son pays, sa famille est une aventure plus souvent subie que choisie.
Il y a deux mille ans, Marie et Joseph en avait fait l'amère expérience à Bethléem.
A distance des valeurs consuméristes, elle croit que l'hospitalité est le vrai trésor à partager en ces jours de fête.

 >> Texte signé par un collectif de 413 organisations : http://missiondefrance.fr/lhumanite-de-demain-se-construi...

 >> Lettre de la présidente du Secours catholique au Président de la République : http://missiondefrance.fr/politique-dimmigration-lettre-p...

 Arnaud Favart, vicaire général de la Mission de France