Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2018

MARCHE CITOYENNE ET SOLIDAIRE AVEC LES MIGRANTS

logo cmdf (1).jpgMARCHE DES MIGRANTS.JPG

La Communauté Mission de France souhaite apporter son soutien à l’organisation de cette marche et invite l’ensemble de ses membres, en fonction de leurs moyens et de leurs possibilités, à se joindre aux cortèges des marcheurs ou à participer à leur accueil dans l’une des 60 villes étapes du parcours. Vous trouverez toutes les informations utiles en allant sur le programme sur le site Marche citoyenne et solidaire.

La Mission de France est engagée dans la Marche citoyenne et solidaire avec les migrants, entre Vintimille et Douvres. Elle a rassemblé en de nombreux marcheurs, 300 à Montélimar, 400 à Valence, dont des membres de la CMDF. Des équipes de l'Est seront présentes entre Langres et Chaumont la semaine prochaine.A chaque fois, des temps  joyeux et festifs permettent de belles rencontres mêlant les cultures.

En Ile de France, elle passera mi-juin, en Seine-et-Marne, en Essonne, à Paris les 16 et 17 juin, dans le Val d'Oise. Les équipes MDF sont impliquées et nous invitent à les rejoindre

- entre Nogent sur Seine et Bray sur Seine le 10 juin,

- à Melun le 13 juin en fin de journée 

- à Evry le 14 juin en fin de journée

vous trouverez toutes les informations pour les rejoindre dans le flyer joint.

>.... Marche citoyenne de Vintimille à Douvres pour les migrants.pdf 

 Bon week-end à chacun et bonne marche,

30/05/2018

A QUOI SERT LA MISSION DE FRANCE ?

A QUOI SERT L ACMDF.JPG

À quoi sert la Mission de France ?

+ Hervé GIRAUD
Prélat de la Mission de France
Archevêque de Sens & AuxerreHG.jpg

 

 

 

D’une phrase, je dirais : « à porter la question de Dieu là où on ne l’entend pas. » Dans la France de l’entre-deux-guerres, une inquiétude missionnaire travaille la conscience des évêques. La société se sécularise, les paroisses peinent dans le rendez-vous avec le monde ouvrier et le monde scientifique, les prêtres se font déjà plus rares dans le rural. En 1941, le cardinal Suhard, archevêque de Paris, fait ouvrir le Séminaire de la Mission de France. Deux ans plus tard, l’abbé Godin publie « France, pays de Mission ». À l’époque de l’Action catholique, des Frères Missionnaires des campagnes, de Madeleine Delbrêl, de Frère Roger de Taizé, des Fils de la Charité, les prêtres de la Mission de France vont vivre au rythme du monde et du travail. Ils entendront surgir la fécondité de l’Evangile sur d’autres terres et dans d’autres langages... Lire... Tribune publiée dans La Vie du 17 mai 2018.pdf

17/05/2018

POUR LES HOMMES ET POUR LES FEMMES

favart.JPG

PAROLE DE MISSION  n°14 AVRIL-MAI  2018- EDITO

POUR LES HOMMES ET POUR LES FEMMES

"Cinq mille hommes, sans compter les femmes et les enfants. » Matthieu 14,21,

Ce bilan comptable rapporté dans l'évangile de Matthieu au soir de la multiplication des pains ferait sourire s'il n'était l'un des nombreux signes de la difficulté à prendre en compte l'égale dignité de l'homme et de la femme à l'époque du Christ.
Effectivement les religions et civilisations ne sont pas avares de distinctions justifiant une représentation particulière des rôles"
L'Evangile recèle pourtant de multiples récits où les femmes et Jésus dialoguent sans complexe. Dans un grand respect, mêlé de tendresse, de franchise et de paroles libres. Ils s'apostrophent, se parlent, se touchent et se confient, au plus grand étonnement de l'entourage masculin, souvent donneur de leçons.
Les premières générations chrétiennes se savaient libres dans le Christ, alors que des femmes comme Priscille, Junia, Lydie, Phoébé, ont joué un rôle capital dans le développement de l'Eglise.
Dès lors, par quel mystère, l'Eglise s'est montrée bien chiche dès qu'il s'agissait de confier des responsabilités, de partager le pouvoir ou simplement de coopérer ?
On pourra continuer d'épiloguer sur la difficulté même dans les sociétés chrétiennes de venir à bout de siècles de machisme et d'ignorance des charismes.
Passons désormais aux actes !
Dans quelques jours, l'évêque appellera une femme de la communauté Mission de France comme déléguée générale. Nous ne mesurons pas encore la portée de cette innovation votée en assemblée générale, mais nous l'avons inscrite dans nos résolutions et nos choix budgétaires.
Soyons lucides et pragmatiques, donnons-nous les moyens de réussir; et peut-être de faire école. L'ouverture a déjà commencé avec des femmes « répondantes » d'équipe de mission.
Hommes et femmes,, reconnaissons-nous, dignes de confiance dans la mission apostolique.

Arnaud Favart,
vicaire général 

06/05/2018

NOUVELLE UNION APRES UN DIVORCE

MDF DIVORCE.JPG

Cette réalité sensible a été longtemps appréhendée avec difficulté par l’Église. En 6 chapitres, elle est revisitée sous ses aspects historiques, humains, théologiques, spirituels et pastoraux. Chacun est remis délicatement devant ses responsabilités et sa conscience sur le chemin de croissance auquel il est convié.

Les pasteurs et les communautés chrétiennes sont interpellés sur les conditions qu’ils mettent en œuvre pour accompagner, discerner et intégrer, les 3 maîtres-mots utilisés par le pape François. À travers ce livre, on découvre une Église active et soucieuse de trouver des modes d’expression de foi au cœur de notre monde.

En deuxième partie, des exemples concrets enrichis d’un panel de textes ouvrent à la créativité de temps de prière respectueux et authentiques.

Le réseau SeDiRe (séparés, divorcés, divorcés remariés) de la Mission de France a collaboré avec l’auteur dans une longue gestation de ce livre. Ce collectif s’appuie sur le dialogue avec les théologiens et initie des colloques : il cherche ainsi à rejoindre ceux dont l’Église est loin et met ses réflexions au service de tous les diocèses. Hervé GIRAUD, prélat de la Mission de France, a signé la préface de l’ouvrage.

À propos de l’auteur : Guy de LACHAUX est prêtre du diocèse d’Evry. La rencontre de personnes séparées ou divorcées au cœur de son ministère a aiguisé son regard sur leurs souffrances, leurs questionnements et leurs attentes et provoqué son engagement à leur service. De nombreux groupes sollicitent son éclairage et tirent bénéfice de ses productions.

Format : 13,5 x 20 cm – 144 pages – ISBN : 978-2-7082-4563-1 – Éditions de l’Atelier 

Possibilité de commander le livre à la Mission de France

=>Prochaine rencontre avec l’auteur le 31 mai à 18H à La Procure de Lyon

25/04/2018

MARCHE CITOYENNE DE VINTIMILLE A DOUVRES POUR LES MIGRANTS

 logo cmdf (1).jpg

 

23 AVRIL 2018
Une marche citoyenne et solidaire pour les migrants est organisée par deux associations, La Roya Citoyenne et l’Auberge des La Roya Citoyenne et l’Auberge des Migrants. Elle partira le 30 avril à Vintimille pour se terminer le 8 juillet à Douvres et comprendra au total 60 étapes.
Cette marche a pour objectif l’amélioration des conditions d’accueil des migrants, la fin du délit de solidarité, l’ouverture de centres d’accueil inconditionnel, l’ouverture des frontières franco-italienne et franco-britanniques, la liberté de choix du pays dont les migrants veulent demander la protection…
Elle a également pour objectif de valoriser le travail des citoyens, des associations, des collectifs qui aident les migrants, dans les villes-étapes, tout en créant du dialogue avec les citoyens.
La Communauté Mission de France souhaite apporter son soutien à l’organisation de cette marche et invite l’ensemble de ses membres, en fonction de leurs moyens et de leurs possibilités, à se joindre aux cortèges des marcheurs ou à participer à leur accueil dans l’une des 60 villes étapes du parcours. Vous trouverez toutes les informations utiles en allant sur le programme sur le site Marche citoyenne et solidaire.

Lire ...Marche citoyenne de Vintimille à Douvres pour les migrants.pdf

19/04/2018

DECES DE JEAN DERIES PRÊTRE DE LA MISSION DE FRANCE

logo cmdf (1).jpgJean DERIES  2 septembre 1930 – 14 avril 2018

Né le 2 septembre 1930 à Condrieu (Rhône), 6ème d’une famille de 11 enfants, il est entré au séminaire à Lisieux en octobre 1951. Il est ordonné prêtre le 22 mars 1958 à Pontigny. Prêtre-ouvrier, maçon et théologien, il est à la retraite depuis début 1992.A Grenoble depuis 1975, il faisait partie de l’équipe « Voix Nomades » dont il était le répondant.
Artisan de l’ouverture de la Mission de France vers la Communauté Mission de France, il est en particulier l’auteur du texte « Silence et Parole » qui introduit le Manifeste de la Communauté Mission de France de 2002.

« J’ai mis mon espoir dans l’appel évangélique à être là, au cœur de la simplicité humaine ou l’Appel nous a rejoints. Suivre le Christ, l’accompagner, en tant que son diakonos, homme de confiance, au service de sa parole, avec lui et par lui au service de tous » (LAC N°272, décembre 2013).

JEAN DERIES.JPGSur un sentier de haute montagne, Jean a franchi le col et disparu de nos regards. Il nous reste l'écho de son pas lourd, la trace de sa solide pogne dans notre main, le sourire et les yeux dans le cœur, les cheveux toujours en bataille dans le vent. Ses amis étaient nombreux comme les grains de sable, tant il vous gagnait à la joie de la conversation. Sa voix était reconnaissable entre toutes, on aurait aimé l’entendre encore et encore. Au fil des épreuves, la fraternité et la liberté ont tissé la trame d’une existence passionnée par l’Evangile en acte, en chemin et en esprit. Une immense gratitude nous habite, avec le regret qu'ici-bas ce soit déjà fini et que les plus jeunes et ceux à venir n'aient plus que du papier à lire quand il s'agissait de la Parole. LIRE ... 2018 AVRIL Jean DERIES.pdf

12/04/2018

INTERVIEW par RCF, DU PERE HERVE GIRAUD, PRELAT DE LA MISSION DE FRANCE ET EVÊQUE DE SENS AUXERRE

L'EGLISE N'EST PAS "EN MARGE DE LA REPUBLIQUE"

GIRAUD.JPG

Cliquez sur la photo pour écouter l'interview

Le père Hervé Giraud, prélat de la Mission de France et évêque de Sens et Auxerre, revient sur la soirée d’échange entre la Conférence des évêques de France et Emmanuel Macron, au Collège des Bernardins.

29/03/2018

COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE -EDITO- PAROLES DE MISSION N°13 MARS 2018

favart.JPG

Terminus

Les Romains avaient inventé un dieu nommé Terminus, comme gardien des bornes. Recourir à un tel arbitrage sacré en dit long sur les ardeurs guerrières qui se manifestent aux frontières. Elles n’ont jamais été des lieux de tout repos. L’histoire regorge de guerres et de conflits de voisinage. Clôtures, grilles et barbelés sont censés repousser l’envahisseur. Les murs des prisons doivent isoler ceux qui nuisent à l’ordre public et la sécurité.

Pour autant, l’instauration de frontières met-elle à l’abri des maux que nous redoutons ?

Plus de prisons n’empêchent pas le cycle de la délinquance et de la violence. La peine d’enfermement l’emporte plus souvent sur l’objectif de réhabilitation. Pourquoi la France n’emprunte-t-elle pas les voies alternatives que d’autres pays européens ont mises en œuvre avec plus de succès pour la réinsertion ?

Plus d’obstacles aux frontières et moins de droits pour les migrants vont-ils diminuer la pression migratoire ? Poser la question ainsi ne fait que renforcer l’approche anxiogène, aussi bien pour les citoyens que pour les migrants à l’abois.

L’aspiration qui préside à la modernité, c’est l’affranchissement des frontières, pas son abolition. Il n’y a pas d’espérance de vie sans fluidité des échanges biologiques, sans circulation des biens matériels et des courants spirituels. Terminus veille à la fluidité, il ne l’empêche pas.

Quand une société se crispe sur ses lignes, comme en Mai 68, elle implose. Des attaches réputées indissolubles liées à la terre, à la famille, au travail, à la religion, à l’ordre social étaient devenues des servitudes. Aujourd’hui, c’est la solitude des individus qui fait problème. L’enjeu est repassé du côté des attaches, celui du bien commun, et des liens durables, ceux de la confiance échangée avec autrui

 Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

 

16/03/2018

S'ENGAGER, VOUS AVEZ DIT S'ENGAGER !

Débat à partir du livre :

 "Plaidoyer pour un nouvel engagement chrétien"

en présence des co-auteurs du livre Pierre-Louis CHOQUET et Jean-Victor ELIE

et des témoins :

  • Guy AURENCHE (ancien Président CCFD Terre solidaire)
  • Eliette de LAMARTINE (ex chrétiens en grandes écoles)
  • de le JOC
  • des jeunes de la Mission de France

Capture.JPG

Voir le tract ... débat saint merry 19 mars 2018 tract électronique (1).pdf 

27/01/2018

"SI TU NE LE FAIS PAS SAUTER, JE TE QUITTE"

ARNAUD F.jpg

Lequel d’entre nous n’a pas reçu un jour cette confidence de la part de femmes en détresse ? Elle a ses variantes : « je te dénonce » ou « je te vire ». J’en ai encore le vertige quand leur visage ou leur récit frappe à la porte de ma mémoire. Combien de jeunes filles, de jeunes femmes de tout milieu, ont vécu une grande solitude, abandonnées par leur compagnon au moment où leur vie basculait dans l’inconnu ? Encore que l’égalité des milieux n’ait ici rien d’objectif, tant la misère s’incruste dans un monde plutôt que l’autre. L’environnement familial n’est pas toujours disposé à entendre ce qui dérange l’ordre rêvé et ce qui déroge à ses valeurs espérées. L’environnement social n’est pas toujours disposé à accompagner avec la délicatesse voulue le choix d’une vie inattendue. Et l’on voudrait que la décision pèse de droit et de tout son poids sur deux seules épaules.

Oui, l’avortement est un drame. L’histoire de l’humanité en a écrit de pleines pages. Mais, à quel moment commence le drame ? Dans l’antichambre de l’hôpital ou dans les évènements qui l’ont précédé. Quels évènements ? Terrible euphémisme pour désigner des rapports homme-femme chargés de passion pas toujours légère ni confortable. L’Eglise sait faire la différence entre l’acte et la personne. Elle mesure la portée du lien, mais l’exprime avec maladresse si bien que le sentiment d’exclusion l’emporte trop souvent.

La prise de position du MRJC a quelque chose de dérangeant. Il serait tentant de l’écarter d’un revers de main, pour que l’eau ne soit plus troublée par quelques pavés impurs jetés dans la mare. Je n’ai pas envie de la recevoir comme une prise de position de plus dans la nébuleuse agitée des réseaux sociaux. Je l’accueille comme un cri jailli de la vie de femmes, d’hommes, de familles pris dans la tourmente. Je la reçois parce que je connais l’ardeur des jeunes du MRJC à promouvoir la vie dans les territoires ruraux désertés au profit des métropoles et de la compétitivité. Je sais leur engagement pour l’agro-écologie et le développement durable, pour la paix et le désarmement, pour l’éducation à l’initiative et à responsabilité. Je leur tends la main parce que je reconnais en eux quelque chose du rêve du pape François. Des jeunes chrétiens qui sentent l’odeur des brebis, qui se font hôpitaux de campagne au chevet des accidentés de la vie. Ils aiment le C de leur attache chrétienne, même s’ils n’en maitrisent pas toutes les arcanes théologiques. Au cas où nous l’aurions oublié, ils nous rappellent que l’injustice et l’exclusion n’évangélisent jamais. 

Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

Lire l'article de LA CROIX  ... La-Croix-Declaration-sur-l-avortement-le-vicaire-general-...