Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2014

19 0CTOBRE 2014 - JOURNEE MONDIALE DES MISSIONS

Réédition de "La France, Pays de Mission ?"

 FRANCE PAYS DE MISSION.png

Le 12 septembre 1943, une « bombe » éclatait dans l’Église de France sous la forme d’un livre intitulé La France pays de mission ? Ses auteurs, Henri Godin et Yvan Daniel, étaient tous deux aumôniers de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC). L’ouvrage marquera deux générations de prêtres et de laïcs chrétiens engagés et connaîtra plusieurs éditions, dont celle de 1962 en format poche, en plein Concile Vatican II, totalisant 140 000 exemplaires vendus. Le livre est publié à la demande du cardinal Suhard, l’archevêque de Paris de l’époque. Il met l’accent sur le caractère inadapté du système paroissial pour de nouveaux types chrétiens et préconise une pratique vécue sous d’autres formes communautaires.
Un siècle plus tôt, le même diagnostic était apparu dans trois documents remis à Mgr ibour, l’archevêque de Paris, en 1849. Les auteurs y pointaient déjà la crise du système paroissial et présentaient des éléments de réforme.
En octobre 2014, la maison d’édition Karthala réédite ce corpus de textes augmenté d’un avant-propos de Robert Dumont, une préface de Jean-Pierre Guérend et une postface d’Émile Poulat qui analysent et rappellent la force de ces textes. Leur relecture s’impose car elle permet de se rendre compte du chemin parcouru et d’éclairer la route de l’Église dans une société en transformations profondes et rapides. Mission de France, Mission de Paris, Prêtres-ouvriers, Concile Vatican II, tant et tant d’initiatives missionnaires, autant d’étapes dans la « course-poursuite » entre l’Église et une société de plus en plus sécularisée, de plus en plus mondialisée.
En ce début du XXIe siècle, ces textes gardent donc toujours leur actualité de par les  observations critiques et les questions de fond qu’ils posaient au christianisme même s’ils restent encore enfermés dans un catholicisme traditionnel d’avant le Concile Vatican II car ils témoignent d’une vive aspiration à une pratique de la foi libérée des formules héritées des siècles passés.
Le pape François a d’ailleurs renoué avec audace et vigueur avec les constats et les orientations du livre de Godin et Daniel, à la fois dans ses gestes, ses paroles et ses écrits. Ainsi, dans le programme qu’il développe longuement d’un style limpide dans son Exhortation apostolique, La joie de l’Évangile, il écrit : « Nous ne pouvons plus rester impassibles dans une attente passive à l’intérieur de nos églises ».
La France pays de mission ? et les textes qui l’accompagnent dans cet ouvrage sont publiés aujourd’hui non pour contribuer à une archéologie du savoir, mais pour nous éclairer par contraste sur les responsabilités présentes des chrétiens du XXIe siècle, confrontés à de nouveaux défis tout aussi .
En espérant que ce titre retienne votre attention, nous restons à votre entière disposition pour de plus amples informations et pour tout contact avec Robert Dumont ou le préfacier Jean-Pierre Guérend.
Jeannie Raymond

Les Editions Karthala  www.karthala.com Service de presse - jeannie.karthala@gmail.com

 Published by Denis CHAUTARD - dans Mission de France 

05/10/2014

LETTRE D'INFORMATION DE LA COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE-N° 369 OCTOBRE 2014

Editorial

Octobre 2014

 Mr Favart      Populisme

 C’est par le thème du populisme que les séminaristes de la Mission de France ont abordé leur rentrée universitaire. Thème pour le moins inattendu, mais si présent dans une société en crise avec des réflexions à l’emporte pièce et des courants d’opinions attrapetout. Si l’on réalise que la notion de peuple de Dieu traverse toute la Bible, une interrogation sur l’attitude juste face au populisme prend tout son sens. 

Insécurité, peur de l’étranger, bouc émissaire, fermeture des frontières sont les instruments favoris du populisme face aux changements considérables qui nous affectent. Le populisme entend jouer le peuple contre les corps intermédiaires et les élites qui failliraient à leur tâche de sauvegarde des identités et du patrimoine de toujours. Il fait la part belle aux idées d’extrême droite, il agite des peurs légitimes ou fantasmées et surfe sur les frustrations et le mal-être du peuple. 

Chacun n’est plus chez soi, les vaches ne sont plus gardées, c’est le règne de la mobilité et du provisoire. La finance et la fiscalité se jouent des territoires. Les nuages radioactifs comme le réchauffement climatique ne s’arrêtent plus aux frontières. Les grandes villes se transforment en mégapoles métissées. Le communautarisme s’installe dans les cités. Les emplois et les acquis sociaux sont mis à mal. Les recherches biologiques et les avancées médicales bousculent les moeurs et les modes de vie. Les différends religieux retentissent en conflits planétaires.

Internet ignore les distances et nous assigne à l’éphémère. Les débats se stérilisent en question binaire, pour ou contre. 

Qu’en est-il de devenir prêtres pour ce monde-là ?

Le séminaire bénéficie d’un heureux apport d’étudiants d’autres peuples : Brésil, Liban, Antilles. Il y a aussi ceux qui arrivent de quartiers populaires, sans compter les amateurs de pop music.

Il ne s’agit pas de restaurer des frontières mais d’offrir des passages salutaires, ni de travailler en vase clos mais d’indiquer des sources. Parce que nous croyons à une humanité bigarrée mais une, disséminée mais solidaire, émigrée mais en pèlerinage.

Arnaud Favart

Vicaire général de la Mission de France

•>> Lire les témoignages

05/09/2014

LDI - COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE - LETTRE D'INFORMATION-SEPTEMBRE 2014 -N°368

Editorial

Septembre 2014 



Vivre ensemble, quelle histoire !

 



Une brume matinale flotte sur la Dordogne. Un ragondin  s’affaire sur la berge, une marmaille de canards s’ébat à contre-courant. Deux poules d’eau tentent une sortie de roseau tandis qu’une corneille échire le silence du ciel. Perché sur un vieux tronc, un héron guette sa proie et observe dédaigneux ce beau monde qui s’agite.

Vivre ensemble, quelle histoire !
De part et d’autre des rives du Tigre et de l’Euphrate, du Nil, du Dniepr ou de l’Oubangui se déroulent d’autres batailles plus sanglantes. Comme on s’est battu autrefois de part et d’autre de la Marne, du Danube ou de la Méditerranée. Cent ans après la première guerre mondiale, les nations n’auraient-elles rien appris ?
Est-il possible de vivre ensemble sans en faire toute une histoire ?

C’est précisément le lot de la condition humaine de ne pas savoir échapper au flux et au reflux de l’histoire. Nous marquons nos territoires, nous jalousons les réussites, nous revendiquons un semblant de vérité ou de pouvoir immémorial. Même les plus cloîtrés des moines avouent y être exposés. Petite ou grande, l’histoire s’écrit avec les conflits de table et de voisinage. Dans la cage d’escalier, l’odeur du mouton m’écoeure, la morue qui dessale me dégoûte, mais mon andouillette les chasse.

On a craint un moment que le conflit israélo-palestinien s’importe massivement dans les cités. Il y est certainement présent. Il est surtout emblématique d’une peur grandissante, celle de voir toute identité diluée dans le grand tout d’un monde métissé, mondialisé, voire unisexué.

Le recours aux religions ne manque pas de m’interroger sur leur capacité à alimenter des clivages plutôt que des alliances. Pour contrebalancer leur propension naturelle à l’hégémonie, pourquoi n’ont-elles pas davantage développé une éducation propre à résister à toute forme d’instrumentalisation et de violence ?

Pour les chrétiens, la croix du Christ et l’Evangile des Béatitudes nous renvoient à ce travail d’alliance sans cesse à reprendre dans les coeurs et les institutions : passer de la méfiance au dialogue, de l’arrogance à la justice, de l’hostilité à l’hospitalité.

Arnaud Favart
Vicaire général de la Mission de France.

>> Lire les témoignages

•>> Editorial précédent

28/08/2014

COMMUNIQUE SUR LE CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN - EQUIPE EPISCOPALE DE LA MISSION DE FRANCE - 8 AOÛT

"...Nous ne pouvons pas nous résigner à l'instrumentalisation des religions pour attiser la haine et engager la guerre.

Membres de la Communauté Mission de France, nous refusons le communautarisme, nous voulons agir au service de la justice, condition nécessaire de la paix, et donner le signe qu'il est possible de vivre ensemble...." LIRE CI-DESSOUS

Communiqué sur le conflit israélo-palestinien EQUIPE EPISCOPALE DE LA MISSION DE FRANCE.pdf

15/06/2014

LES ETAPES DE LA REFONDATION DE LA MISSION DE FRANCE

Logo bandeau  QUINZAINE INFO-EGLISE 93 - N°511 (11 JUIN 2014)                             

 Jean-Marie Ploux, prêtre de la Mission de France, ancien vicaire général de la Mission, revient sur les étapes de la refondation de la Mission à partir du souhait du cardinal Suhard (Radio Vatican)

Ecouter l'interwiew : clic...  http://media01.radiovaticana.va/audiomp3/00431147.MP3

 

 LA MISSION DE FRANCE, 60 ANS D’ÉLAN MISSIONNAIRE

Un ouvrage publié par le secrétariat général de la Conférence des évêques de France.

Documents Episcopat N°5/2014 - Collectif de la communauté Mission de France.

Ce document a été piloté par Mgr Yves Patenôtre, prélat de la Mission de France, et préfacé par Mgr Georges Pontier, Président de la Conférence des évêques de France. Avec les contributions de prêtres et membres de la Mission de France. 

La Mission de France fête cette année les soixante ans de sa constitution aposotolique. Documents Episcopat retrace l'histoire de cette prélature depuis son origine et présente les orientations missionnaires actuelles de ces hommes et de ces femmes qui rejoignent toutes les périphéries où la lumière de l'Evangile est attendue. 

5 euros - 60 pages _ Achat en ligne   http://publications.cef.fr/

04/06/2014

LETTRE D'INFORMATION DE LA COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE - LDI n° 367 JUIN 2014

Editorial - Juin 2014 

Tout ce qui est fermé fermente

 ZUP, ZEP, ZUS,… la poésie de ces appellations ferait sourire si elle ne renvoyait à des réalités sociales et des territoires non seulement situés aux périphéries des concentrations urbaines, mais aux périphéries de bien des espérances.

Force est de constater que ces Zones Urbaines Sensibles se caractérisent encore et toujours par une large stigmatisation de la population et un taux de chômage particulièrement élevé chez les jeunes. Ne nous trompons pas ! Quand un membre du corps social souffre, c’est l’ensemble du corps qui peine, pas seulement les périphéries.

Alors que la finance et l’économie se jouent des hommes et des frontières, que le numérique abolit les distances, que l’accélération du temps a brouillé la vision d’un lendemain qui chante, territoires et frontières conservent leur sens dans ces zones mondialisées, celle de la précarité, de la discrimination et de la mémoire blessée par l’occident arrogant. L’éloignement des emplois, la moindre présence des institutions, des services publics, des transports, des professions de santé sont patents. Les exaspérations font le lit de partis populistes.

Face au désaveu politique et à son impuissance, allons-nous assister à un repli général sur son pré carré où chacun entretiendra l’illusion de maîtriser son destin ?

Toute sclérose des échanges paralyse l’avenir et fermente les replis identitaires.

Gens du voyage, nomades, messagers, explorateurs, marins et missionnaires ont transporté des flux de savoir-faire, de cultures et de sagesses, d’art et de spiritualité. Les réseaux sociaux en sont de nouveaux vecteurs. Quoi qu’il en soit de leurs handicaps, les banlieues sont des lieux de métissage où foisonnent des énergies, des solidarités et de la créativité aptes à relever les défis de l’insertion, de l’intégration, de la transmission, de la famille. Le travail de dialogue entre religions n’est pas en reste, malgré quelques foyers plus radicaux.

Les missionnaires que nous sommes savent que les territoires qui ne sont pas irrigués par des fleuves deviennent des déserts. L’humanité est une. Elle a partout soif d’être traversée par des eaux bienfaisantes venues d’ailleurs.

Arnaud Favart
Vicaire général de la Mission de France.

 •>> Lire les témoignages

31/05/2014

LA MISSION DE FRANCE FÊTE SES 60 ANS

En mission dans le monde du travail  La Mission de France fête demain ses 60 ans.

Prêtres, diacres et laïcs se retrouvent chaque mois en équipe pour relire ensemble ce qu’ils vivent au travail ou dans leurs engagements avec les non-croyants.

Lire l'article de LA CROIX ...LA MISSION DE FRANCE FÊTE SES 60 ANS LA CROIX.pdf

Voir le site de la Mission de France... www.mission-de-france.com

 

20/05/2014

LA COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE A 60 ANS

60 ans de la Mission de France La Communauté Mission de France rassemble des prêtres, des diacres permanents, et depuis 2002 également des laïcs, pour former des équipes Mission de France aptes à vivre cet élan missionnaire, au service non pas directement des communautés chrétiennes mais à celui des « périphéries existentielles » selon l'expression du Pape François.

cmdf -à ans.GIF

 

  
missiondefrance
Dans les banlieues, l'espace rural, le monde de l'éducation, de la santé, du travail ou à l'étranger, les membres de la Communauté Mission de France, dans l'intuition des prêtres ouvriers, partagent la vie quotidienne de leurs contemporains, dialoguent avec les non-chrétiens et sont à l'écoute des plus pauvres.

La Communauté Mission de France rassemble des prêtres, des diacres permanents, et depuis 2002 également des laïcs, pour former des équipes Mission de France aptes à vivre cet élan missionnaire, au service non pas directement des communautés chrétiennes mais à celui des « périphéries existentielles » selon l'expression du Pape François.

Après la création en 1941 d'un séminaire pour former à l'action missionnaire des prêtres interdiocésains face à la déchristianisation de la France, et suite à la crise des prêtres ouvriers, le Pape Pie XII donna le 1er août 1954 une constitution apostolique à la Mission de France.

Un rassemblement en l'abbatiale de Pontigny dans l'Yonne, marquera ces 60 ans, le samedi 31 mai 2014
 
.Conférences des évêques de France

 

17/05/2014

PONTIGNY - LES 60 ANS DE LA MISSION DE FRANCE

Pontigny 
Les 60 ans de la Mission de France

MISSION ET LITURGIE

Le samedi 31 mai : Colloque “Liturgie et Mission”
Sur le thème Liturgie et Mission, interventions et ateliers, célébration eucharistique et concert choral

Accueil à 9h45
Matin : Interventions sur les thèmes 
- Le lieu de la mission comme lieu liturgique
- Ora et Labora par le Père Abbé de Citeaux
- Pourquoi est-ce important de célébrer liturgiquement l’engagement avec la Mission de France
Après-midi : Ateliers
- 17h30 célébration eucharistique
- 21h concert donné par 60 choristes de la Communauté Mission de France

Contact : Béatrice Mercier e-Mail : mdf.add@gmail.com 

>> Telecharger le tract 2 (document format .jepg)

LES 60 ANS DE LA MISSION DE FRANCE

info catho.png

 18 mai 2014 - France

LES 60 ANS DE LA MISSION DE FRANCE 

Dans le cadre des 900 ans de l'abbatiale de Pontigny, "la Mission de France" célèbre les 60 ans de sa constitution apostolique durant une journée intitulée "Un élan missionnaire de 1954 à aujourd'hui".

Fondée en 1941, la Mission de France a, dans l’Eglise catholique en France, un statut de diocèse particulier. Avec à sa tête un évêque, la communauté compte 255 ministres ordonnés et 429 laïcs qui consacrent leur vie au dialogue avec ceux qui ne partagent pas la foi chrétienne, en France comme dans le monde. Ils sont présents dans divers milieux sociaux, notamment auprès des personnes défavorisées.

En 1947, Karol Wojtyla, le futur Jean Paul II, alors jeune prêtre polonais, avait tenu à faire le tour des hauts lieux de l’effervescence missionnaire en France. Il en avait été si impressionné qu’il avait publié, au retour de son voyage, une longue description de cet élan missionnaire, dont il voyait une expression emblématique dans la Mission de France.

Après la crise des prêtres ouvriers et dans les tensions d’un monde en guerre froide,le pape Pie XII donna à la Mission de France une constitution apostolique, le 1er août 1954, avec un statut singulier de "prélature territoriale" circonscrit à la commune de Pontigny dans l’Yonne comme territoire symbolique et son abbatiale cistercienne comme cathédrale. (source : .CEF.)