Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2018

"LE VATICAN S'EST ENGAGE A PROTEGER LES ENFANTS"

la croix.png

La Croix, Lundi 29 octobre 2018 Alors que l’Église traverse une crise profonde liée aux scandales d’abus sexuels, « La Croix » a demandé à des personnalités des pistes pour en sortir.

Marie DERAIN Juriste spécialiste des droits de l’enfant (1)

Dans la nuit du 13 mars 2013, un vieil homme en blanc s’avance sur le balcon de la basilique Saint-Pierre. Il nous dit deux choses en apparence banales : « Bonsoir », et « priez pour moi ». Pourtant quelle espérance !

Une révolution en profondeur est engagée, celle de la simplicité, de la proximité, du partage du quotidien des hommes et des femmes de notre temps, de leurs questions et des bruits du monde. Nous sommes alors nombreux à percevoir en François celui qui fera bouger l’Église. En nous demandant de prier pour lui, il renverse l’ordre de la relation, il nous invite à prendre notre part…

Cette rupture vient questionner le positionnement des clercs, la gouvernance de l’Église. Elle appelle à faire plus de place à la collégialité et au dialogue. Là où, dans le monde, émergent les notions de participation, une logique plus synodale et humble est convoquée au cœur du fonctionnement ecclésial.

Cette critique du cléricalisme déstabilise certains prêtres comme certains laïcs. Nous savons pourtant que le positionnement du prêtre peut être tout autre. J’ai connu, comme vice-présidente des Scouts et Guides de France, des aumôniers soucieux de partager les responsabilités de l’annonce de l’Évangile, avec des plus jeunes, avec des femmes. Dans son inspiration ignatienne, la spiritualité scoute se nourrit d’abord de la vie du camp, de la relecture invitant les plus jeunes à trouver les traces de la présence du Christ. Une catéchèse de l’ordinaire en quelque sorte. Le rôle d’accompagnateur de l’aumônier scout est indispensable, s’il accepte la place de révélateur plus que celle de prédicateur.

Ce compagnonnage entre clercs et laïcs est encore plus fort avec la communauté Mission de France. En toute humilité, prêtres et non prêtres partagent en simplicité la mission reçue. Ils cherchent ensemble, y compris sur les chemins ardus de la théologie. En devenant communauté en 2002, la Mission de France a bien compris que la coresponsabilité était le salut, mais il aura encore fallu quinze années pour qu’en 2017, l’assemblée générale décide de confier à une femme un rôle clé dans la gouvernance.

Je crois fermement qu’il y a quelque chose à transformer du côté du rôle des femmes. Le pape François a appelé l’ensemble des dicastères à intégrer dans leurs réflexions une approche spécifique par le genre : comment aborder tel ou tel sujet de réflexion du point de vue des femmes ? J’y ai participé, en juin 2017, avec le dicastère pour le dialogue interreligieux. De nombreux évêques, d’Asie, du Moyen-Orient relataient les expériences foisonnantes de femmes engagées, actives dans le monde entier, à l’origine d’initiatives d’accueil, de dialogue, dépassant les craintes des différences. Ils les ont laissées faire.

Aujourd’hui, les femmes doivent davantage pouvoir accéder à des fonctions de responsabilités.

Enfin, rappelons-nous que tous les pays du monde sont signataires de la convention des droits de l’enfant. Tous les pays, y compris le Vatican, se sont engagés à protéger les enfants. Une autre condition pour rétablir la confiance consiste à parvenir à mener à son terme une opération de vérité à propos de la pédocriminalité. D’autres pays l’ont fait. L’Église de France ne pourra s’en exonérer. Les agressions sexuelles sur les enfants, en plus d’être des violences physiques, sont à la fois des traumatismes psychologiques, des crimes contre la société et des actes de trahison spirituelle. L’Église, sans équivoque, doit prendre le parti des victimes et participer à leur réparation.

Les connaissances grandissantes des effets à long terme des violences obligent aujourd’hui à ne plus en faire seulement une affaire de spécialistes. Chacun doit participer à créer des environnements bienveillants, sans violence à l’égard des enfants, des jeunes. Cela passe par la formation au repérage des abus sexuels et à leurs effets sur le développement des enfants. Cela passe par un accompagnement sérieux de la dimension psychoaffective dans la formation des prêtres, et tout au long de leur ministère.

Le Christ a toujours défendu le plus faible et le plus vulnérable. Il a dit : « Laissez venir à moi les petits enfants. » Il témoignait ainsi de l’inversion de l’échelle de valeurs : le plus petit d’entre nous est le plus sacré au regard du message évangélique. Il n’est pas possible, au risque de mettre en péril l’Église, institution et peuple de Dieu, qu’un des membres de la communauté en dévoie le message en s’attaquant au plus faible. Tout acte d’atteinte sexuelle est une violence. L’Église doit le reconnaître sans ambiguïté. Le chemin est encore long, mais prenons notre part dès aujourd’hui. Restons en tenue de service… Tenons notre lampe allumée.

(1)repères

Engagée dans la protection de l’enfance   MD.jpg
Née en 1969 en Saône-et-Loire, Marie DERAIN découvre le scoutisme en 1986.

Elle s’engage en 2002 avec la communauté Mission de France.

Cinq ans plus tard, elle devient vice-­présidente des Scouts et Guides de France.

Après des études de droit, elle est entrée en 1997 à la protection judiciaire de la jeunesse (ministère de la justice). En 2011, elle devient défenseure des enfants, adjointe de Dominique Baudis alors défenseur des droits. Elle est aujourd’hui chargée d’animer un conseil d’orientation des politiques publiques en matière de protection de l’enfance.

09/10/2018

TEMOIGNAGE CHRETIEN - NOTRE APPEL

Ces derniers jours, Témoignage chrétien a fait la une de tous les journaux télévisés, radios et quotidiens de France en lançant un appel pour qu’une commission parlementaire soit mise en place afin d’enquêter sur les crimes pédophiles et leur dissimulation dans l’Église catholique en France.

we sign it - Demandons la création d’une commission d’enquête parlementaire sur les crimes de pédophilie dans l’Église catholique

Nous demandons la création d’une commission d’enquête parlementaire afin  de faire toute la transparence sur les crimes de pédophilie et leur dissimulation dans l’Église catholique.

Nous le faisons d’abord parce que nous sommes des citoyens et des citoyennes et pour beaucoup d’entre-nous des chrétiens et des chrétiennes. Comme toute organisation religieuse en France, l’Église catholique est régie par l’état de droit ; elle n’échappe pas plus que les autres à la loi républicaine, et ceci d’autant plus qu’elle participe à des missions d’intérêt général et bénéficie à ce titre d’aides publiques ou fiscales. C’est pourquoi elle doit, et ce de façon urgente, rendre des comptes. Elle doit le faire devant la justice, mais aussi devant la représentation nationale, car ce ne sont pas seulement des responsabilités individuelles qui sont en cause, mais aussi, comme l’a clairement indiqué le pape François, tout un système. Ces crimes et leur dissimulation constituent une atteinte grave à l’ordre public. Ce sont des générations entières qui ont fréquenté le catéchisme, les aumôneries, l’enseignement catholique, le scoutisme et les mouvements de jeunesse placés sous l’autorité de l’Église catholique. Le pape François a beau appeler les laïcs, hommes et femmes, à s’engager pour combattre ce fléau, leurs propres demandes, maintes fois répétées, sont restées lettre morte, singulièrement en France. Aujourd’hui, dans notre pays, l’Église catholique se contente de répéter les mots du pape sans prendre d’initiative significative pour rechercher les crimes qui n’auraient pas été dénoncés et surtout leurs causes institutionnelles et structurelles. De fait, nul ne peut être juge et partie ; comment ceux qui ont couvert ces dérives pourraient-ils faire ce travail de vérité ? Ailleurs dans le monde, ce sont des instances indépendantes de l’institution ecclésiale, comme la Commission d’enquête royale en Australie, le grand jury de l’État de Pennsylvanie, ou la Commission Ryan en Irlande, qui ont révélé un système de mensonge organisé au niveau des responsables – c’est-à-dire des évêques. À côté des procédures judiciaires qui permettront de sanctionner les crimes et les délits individuels, du moins quand ils ne sont pas prescrits, seule une commission parlementaire a le pouvoir de faire la lumière sur le passé pour éviter qu’il ne se reproduise, en exigeant la communication des archives diocésaines, en interrogeant les acteurs, et en communiquant à la justice les faits dont celle-ci n’aurait pas eu connaissance. Il nous importe non pas de faire éclater des scandales mais d’en faire cesser un, immense, celui du silence assourdissant de la hiérarchie catholique devant des souffrances qu’elle a, pour l’essentiel, sciemment ignorées ou même cachées pendant trop longtemps. Le retour de la crédibilité est à ce prix.

Témoignage chrétien

Signer cet appel à partir du site ou directement sur la plateforme We Sign It

Lire ... TEMOIGNAGE CHRETIEN Notre appel.pdf

03/09/2018

LES SOUTIENS AU PAPE FRANCOIS SE MULTIPLIENT DANS L'EGLISE

WN.JPG
PPF.JPG

Les soutiens au Pape François se multiplient dans l'Église
Alors que les scandales d'abus sexuels et la lettre de l'ancien nonce apostolique aux Etats-Unis attaquant le Pape François sont toujours beaucoup commentés dans les médias et sur les réseaux sociaux, plusieurs personnalités de l'Église ont tenu à réaffirmer leur confiance et leur loyauté envers le Saint-Père.
Alors que la publication de la lettre de l’ancien nonce aux États-Unis Mgr Carlo Maria Viganò, a semé beaucoup de confusion dans l’Église et suscité de nombreuses attaques contre le Pape François, les soutiens se multiplient en faveur du Souverain Pontife. Parmi eux, la Comece, la Commission des Épiscopats de l'Union européenne, dont le président Mgr Jean-Claude Hollerich dénonce les « graves attaques menées contre l’Église et la personne du Saint Père ».

« La Comece réaffirme son soutien, sa fidélité et sa confiance au Pape François », peut-on lire dans un communiqué de presse publié le 31 août, signé par l'archevêque de Luxembourg.
La commission condamne également « les tentatives visant à diviser l’Église du Christ et appelle toutes les personnes de bonne volonté à œuvrer, dans la foi, au développement d’un monde de justice, de vérité et de paix. »

Alors que de :(CLIC... nombreux évêques, ont par ailleurs réaffirmé leur soutien à l’évêque de Rome, une autre voix s’est élevée: celle du cardinal Gérald Cyprien Lacroix. L’archevêque de Québec était à Dublin pour la rencontre mondiale des familles le week-end dernier et a pu saluer le Saint-Père à l’issue de la messe finale.

Sur sa page Facebook, le cardinal Lacroix redit sa profonde communion avec le Pape en ces heures de tempête qui touche l’Église. « J’ai pleinement confiance dans le leadership du Pape Francois, écrit-il, j’apprécie grandement le renouveau auquel il nous invite afin de devenir une communauté de croyants et de croyantes toujours plus fidèle à l’Évangile de Jésus-Christ. Je l’ai assuré de notre prière et de notre soutien. »

25/06/2018

CONSEIL OECUMENIQUE DES EGLISES A GENEVE

OECUMENISME.JPG

LE MESSAGE DU PAPE AU CONSEIL OEUCUMENIQUE DES EGLISES

Marquant, à Genève, les 70 ans du Conseil oecuménique des Églises, le Pape a rappelé que le but de l’unité des
chrétiens demeure ve vivre l'évagile et l’évangélisation. En se rendant hier à Genève avec le seul objectif de visiter le Conseil oecuménique des Églises à l’occasion de ses 70 ans, le Pape entendait bien faire de l’unité des chrétiens le seul sujet de ce voyage éclair d’une petite dizaine d’heures en terre helvétique.Et, à son habitude, le Pape argentin, en vieil habitué du dialogue, a exposé une vision de l’oecuménisme faite tout autant d’ouverture que d’exigence. Car, s’il a souligné le « courage » de ceux qui ont su « inverser le cours de cette histoire qui nous avait portés à nous méfier les uns des autres (…),favorisant la spirale diabolique des cloisonnements continuels », il a surtout appelé ses interlocuteurs des autres Églises à ne pas oublier le but premier de l’oecuménisme : l’évangélisation. Lire la suite de l'article ... INFO CATHO -LE MESSAGE DU PAPE AU COE.pdf

FRERE ALÏS.jpg

 

Frère Aloïs :  « Le pape est venu rappeler que notre but est l’unité visible »
Invité à l’occasion du 70e anniversaire de la fondation du Conseil Œcuménique des Églises (COE), le pape François a rendu visite, jeudi 21 juin, à l’institution genevoise. Le point de vue de Frère Alois, prieur de la communauté de Taizé (Saône-et-Loire) sur cette visite. ..  Lire la suite 

En savoir plus ... La-Croix-Rencontre-oecumenique-de-Geneve-l-integralite-du...

20/06/2018

20 JUIN : JOURNEE MONDIALE DU REFUGIE

Des déplacements de populations sans précédent

Des réfugiés kurdes syriens se rendent en Turquie en provenance de Syrie, près de la ville de Kobani. Photo HCR/I. Prickett

Selon le rapport annuel de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, les guerres, les violences et la persécution ont propulsé les déplacements forcés dans le monde vers un nouveau record, avec 68,5 millions de personnes déracinées en 2017, soit une toutes les deux secondes, soit environ la population de la Thaïlande.

Le terme « réfugié » fait référence à toute personne qui, « craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tells événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner », d'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les réfugiés qui ont fui leurs pays pour échapper au conflit et à la persécution représentent 25,4 millions sur les 68,5 millions de personnes déracinées, soit un accroissement de 2,9 millions par rapport à 2016 et aussi la plus forte augmentation jamais enregistrée par le HCR pour une seule année. Parallèlement, le nombre de demandeurs d’asile qui étaient toujours en attente de l’obtention du statut de réfugié au 31 décembre 2017, a augmenté d’environ 300 000 pour atteindre 3,1 millions. Les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays sont au nombre de 40 millions, soit un peu moins que les 40,3 millions de déplacés internes en 2016.et les pays en développement sont les plus affectés.

Un appel à la solidarité
Dans un monde où chaque jour la violence force des milliers de familles à fuir leur foyer pour survivre, c'est le moment pour la communauté internationale de se montrer solidaire avec les réfugiés.

#Avec Les Réfugiés
Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés a donc lancé en juin 2016, la pétition # Avec Les Réfugiés afin d'envoyer un message clair aux gouvernements afin qu'ils coopèrent pour améliorer les conditions de vie des réfugiés.

La pétition demande aux gouvernements d’assurer que :

- chaque enfant réfugié soit scolarisé;
- chaque famille réfugiée puisse vivre en lieu sûr;
- chaque réfugié puisse travailler ou acquérir de nouvelles compétences afin de contribuer à sa communauté.

En cette Journée mondiale des réfugiés, nous rendons hommage à la force, au courage et à la persévérance de millions de réfugiés. C'est aussi l'occasion pour le grand public de montrer son soutien aux familles déracinées.

Signer la pétition!
Affiche promotionnelle de la pétition #AvecLesRéfugiés
Facebook
Twitter
YouTube
Les Nations Unies sur les médias sociaux

Lien : 20 JUIN JOURNEE MONDIALE DU REFUGIE

migrations.JPG

11/05/2018

QUEL MONDE VOULONS-NOUS POUR DEMAIN ?

 &&&&.JPG

Cliquez sur l'affche pour voir la vidéo.

Deux conférences-débats :

1- Des Etats Généraux en 2018, une nouvelle Loi en 2019... de quoi parle-t-on ?, avec Alain CORDIER, ancien vice-président du Comité consultatif national d'éthique (Jeudi 17 mai 2018 à 20h30) /

2- Et l'Eglise catholique, que nous dit-elle ?, avec Françoise NIESSEN, médecin, co-auteure du livre "Repères chrétiens en bioéthique" (Mercredi 6 juin à 20h30) -

Maison diocésaine Guy Deroubaix - 6 avenue Pasteur 93140 Bondy (Bus 105 / 303 : arrêt "Eglise de Bondy" - RER E : arrêt "Bondy")

Source :  : Diocèse de Saint Denis diocese.JPG

06/05/2018

LES CHRETIENS AUX AVANT-POSTES EN MAI 1968

 mai 1968.png

Réunion à l’Institut catholique de Paris, le 24 mai 1968. / Archives Ciric

Pour la première fois, une vaste étude sociologique s’intéresse à la participation massive des chrétiens, et notamment des catholiques, à la mobilisation des « années 68"

Pour combien de jeunes ou moins jeunes chrétiens, prêtres, religieux ou laïcs, Mai 68 fut synonyme de révélation sur les exigences d’une vie authentiquement évangélique, voire de « Pentecôte » pour des fidèles recevant soudain le souffle de l’Esprit et découvrant la force d’une parole libre ?
Cette année encore – mais peut-être pour la dernière fois –, ceux qui l’ont pleinement vécu raconteront la surprise devant un mouvement à la fois espéré et que l’on « n’a pas vu venir », le ras-le-bol devant les excès d’une société de consommation qui paraissait déjà triomphante et l’envie de bâtir un monde meilleur..... LIRE... 
La-Croix-Les-chretiens-aux-avant-postes-en-mai-68.pdf

26/04/2018

LE PAPE FRANCOIS LANCE UN APPEL A LA SAINTETE

 Le pape François lance un appel à la sainteté

PAPE JOIE.JPG
L’Exhortation apostolique « Gaudete et exsultate » ("Soyez dans la joie et l’allégresse", Matthieu 5, 12) a été rendue publique le 9 avril 2018.
Exhortation apostolique du pape François

GAUDETE ET EXSULTATE
Sur l’appel à la sainteté dans le monde actuel

1. « Soyez dans la joie et l’allégresse » (Mt 5, 12), dit Jésus à ceux qui sont persécutés ou humiliés à cause de lui. Le Seigneur demande tout ; et ce qu’il offre est la vraie vie, le bonheur pour lequel nous avons été créés. Il veut que nous soyons saints et il n’attend pas de nous que nous nous contentions d’une existence médiocre, édulcorée, sans consistance. En réalité, dès les premières pages de la Bible, il y a, sous diverses formes, l’appel à la sainteté. Voici comment le Seigneur le proposait à Abraham : « Marche en ma présence et sois parfait » (Gn 17, 1).

2. Il ne faut pas s’attendre, ici, à un traité sur la sainteté, avec de nombreuses définitions et distinctions qui pourraient enrichir cet important thème, ou avec des analyses qu’on pourrait faire concernant les moyens de sanctification. Mon humble objectif, c’est de faire résonner une fois de plus l’appel à la sainteté, en essayant de l’insérer dans le contexte actuel, avec ses risques, ses défis et ses opportunités. En effet, le Seigneur a élu chacun d’entre nous pour que nous soyons « saints et immaculés en sa présence, dans l’amour » (Ep 1, 4).

(...) Télécharger le texte complet

09/04/2018

CE QUE LES CATHOLIQUES VEULENT DIRE A EMMANUEL MACRON

 MACRON BERNARDINS.JPG

Ce que les catholiques veulent dire à Emmanuel Macron
Par Mikael Corre et Gauthier Vaillant, le 9/4/2018 à 06h00 Source :  LA CROIX

Bioéthique, migrants, laïcité… La réception du président de la République par la Conférence des évêques de France (CEF), au Collège des Bernardins ce soir à Paris, suscite des attentes diverses chez les participants. Tous espèrent une reconnaissance de l’action des catholiques en direction de ... Lire ...La-Croix-Ce-que-les-catholiques-veulent-dire-a-Emmanuel-M...

28/01/2018

VOEUX DU PASTEUR CLAVAIROLY DE LA FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE

FPF.jpg

Fédération protestante de France,

Le 24 janvier 2018, allocution du pasteur Clavairoly à Paris l’occasion des vœux de la FPF 

Le pasteur Clavairoly interpelle le premier ministre : “entendez ceux qui sont sur le terrain !”

La Croix , le 26/01/2018 à 13h14

Au soir du 24 janvier 2018, le pasteur François Clavairoly adressait les vœux de la Fédération protestante de France aux invités présents, dont M. Édouard Philippe, premier ministre. Dans une première partie, François Clavairoly est revenu sur l’année 2017, riche des échanges autour des 500 ans de la Réforme, occasion pour lui de préciser le rôle et le profil des protestants : « Le protestantisme est comme sentinelle et vigie ». « La religion (…) annonce que l’humain est précieux et qu’il faut le respecter et l’aimer », et la Bible en est un immense récit. « Être protestant, c’est être citoyen protestant, c’est être responsable et solidaire avec d’autres, dans la cité » a-t-il poursuivi. Dans sa seconde partie, il a évoqué le combat de Martin Luther King, précisant que « la lutte pour les droits de l’homme n’a pas de frontière. (…) Hier et ailleurs, comme aujourd’hui et ici, ces droits sont nos jalons, nos bornes, et les limites de ce que nous croyons être nécessaire pour préserver l’humain ». Ainsi, sur le terrain, a précisé M. Clavairoly, « la grande exclusion, la pauvreté, le handicap, toutes choses qui mobilisent nos professionnels et nos bénévoles, en partenariat avec les pouvoirs publics, sont notre lot quotidien ». Et d’ajouter combien la qualité de ce travail est mise à mal, que souffrance et colère sont vécues par eux. S’adressant directement au premier ministre il a précisé : « Ici, la parole politique du gouvernement que vous dirigez est mise à l’épreuve. Sa crédibilité aussi. Et la distorsion entre cette parole et la pratique, cet écart, certes inévitable, entre ce qui est annoncé et ce qui est mis en œuvre, interroge », lui demandant d’entendre ce que disent ces associations. Il a terminé son propos en formulant trois vœux : cohésion et confiance, fraternité, engagement de la FP. LIRE... La-Croix-Aux-voeux-de-la-FPF-le-pasteur-Clavairoly-interpelle-le-premier-ministre-entendez-ceux-qui-sont-sur-le-terrain.pdf