Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/09/2017

REFUGIES : UNE CONVENTION VAUT MIEUX QUE DEUX TU L'AURAS

REFUGIES.png

François Gemenne       projet.png
CHERCHEUR
13 juin 2017

 


SOMMAIRE DE L'ARTICLE :

  • Réfugiés : naissance d’une catégorie
  • Une dichotomie inopérante
  • Boîte de Pandore

On aurait d’un côté les réfugiés, fuyant la guerre, de l’autre des migrants venus chercher fortune ? La distinction, née après-guerre, ne résiste pas à l’analyse, d’autant qu’aux motifs politiques et économiques se conjuguent désormais les facteurs environnementaux. Mais il est urgent de n’y rien changer : sur elle, repose le droit international.

Le besoin de simplification conduit à vouloir faire entrer les choses dans des catégories bien définies. Les distinctions sont nécessaires pour penser les migrations et pour organiser les politiques, mais elles sont souvent mal comprises : on tente de superposer des catégories juridiques avec des catégories empiriques ; on continue à employer toute une série de catégories profondément inadaptées aux migrations actuelles.
Aussi vais-je ajouter un peu de confusion à ces flous catégoriels, en montrant en quoi les déplacements liés aux dégradations de l’environnement interrogent les catégories autour desquelles se sont organisées notre pensée sur les migrations mais aussi nos politiques d’asile et d’immigration. Lire ...REVUE PROJET Une convention vaut mieux que deux tu l'auras.pdf

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.