Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/01/2018

VOEUX DU PASTEUR CLAVAIROLY DE LA FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE

FPF.jpg

Fédération protestante de France,

Le 24 janvier 2018, allocution du pasteur Clavairoly à Paris l’occasion des vœux de la FPF 

Le pasteur Clavairoly interpelle le premier ministre : “entendez ceux qui sont sur le terrain !”

La Croix , le 26/01/2018 à 13h14

Au soir du 24 janvier 2018, le pasteur François Clavairoly adressait les vœux de la Fédération protestante de France aux invités présents, dont M. Édouard Philippe, premier ministre. Dans une première partie, François Clavairoly est revenu sur l’année 2017, riche des échanges autour des 500 ans de la Réforme, occasion pour lui de préciser le rôle et le profil des protestants : « Le protestantisme est comme sentinelle et vigie ». « La religion (…) annonce que l’humain est précieux et qu’il faut le respecter et l’aimer », et la Bible en est un immense récit. « Être protestant, c’est être citoyen protestant, c’est être responsable et solidaire avec d’autres, dans la cité » a-t-il poursuivi. Dans sa seconde partie, il a évoqué le combat de Martin Luther King, précisant que « la lutte pour les droits de l’homme n’a pas de frontière. (…) Hier et ailleurs, comme aujourd’hui et ici, ces droits sont nos jalons, nos bornes, et les limites de ce que nous croyons être nécessaire pour préserver l’humain ». Ainsi, sur le terrain, a précisé M. Clavairoly, « la grande exclusion, la pauvreté, le handicap, toutes choses qui mobilisent nos professionnels et nos bénévoles, en partenariat avec les pouvoirs publics, sont notre lot quotidien ». Et d’ajouter combien la qualité de ce travail est mise à mal, que souffrance et colère sont vécues par eux. S’adressant directement au premier ministre il a précisé : « Ici, la parole politique du gouvernement que vous dirigez est mise à l’épreuve. Sa crédibilité aussi. Et la distorsion entre cette parole et la pratique, cet écart, certes inévitable, entre ce qui est annoncé et ce qui est mis en œuvre, interroge », lui demandant d’entendre ce que disent ces associations. Il a terminé son propos en formulant trois vœux : cohésion et confiance, fraternité, engagement de la FP. LIRE... La-Croix-Aux-voeux-de-la-FPF-le-pasteur-Clavairoly-interpelle-le-premier-ministre-entendez-ceux-qui-sont-sur-le-terrain.pdf

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.