Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/11/2018

COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE - PROFESSION SOLENNELLE DE FRERE PAUL, JACQUES MEUNIER

Profession solennelle de frère Paul Jacques MEUNIER, le 1er novembre à l'abbaye de Sainte-Marie de la Pierre qui vire.

          

 Profession de foi monastique de Frère Paul 1er novembre 2018

 Cher Jacques, cher frère Paul,

Permets-moi de t’adresser quelques mots au nom de la Mission de France, de ses prêtres, diacres et laïcs, évêques d’hier et d’aujourd’hui. En m’adressant à toi, je m’adresse aussi aux frères de la Pierre-qui-Vire, à ta famille, à l’assemblée réunie pour célébrer la Toussaint. Les uns stables, les autres mobiles, une longue histoire avec les frères bénédictins nous rend complices sur le chemin de la prière, de la quête de Dieu, de la contemplation et la louange.

L’ouvrier, le professeur et le missionnaire.

Non, ce n’est pas le titre d’un livre où dialogueraient trois personnalités. Il s’agit de toi, de ton chemin de vie, passé par les ateliers de mécanique du côté de Gennevilliers, passé par l’Université de Paris pour apprendre le chinois, puis par les Universités de Pékin, Wuhan et Chongqing pour enseigner le français.

30 ans, pour que le soleil du dialogue se lève de l’Orient à l’Occident.

30 ans, où tu as été plongé dans cette foule immense qui ne connait pas le Christ. Avec Jean de Miribel, avec Françoise Pinot, Jacques Leclerc, Jean-Pierre Fouilleul, et bien d’autres, vous avez discrètement partagé le quotidien des chinois. Vous êtes allés à la rencontre de l’Esprit qui parle à travers la multitude des peuples et des sagesses d’Orient. Eux aussi ont subi la grande épreuve, eux aussi ont cherché la lumière, celle qui tient ses promesses quand la charité se fait service des frères et sœurs en humanité.

30 ans, tu as été un témoin privilégié de l’ampleur des changements qui ont bouleversé la société chinoise après la révolution culturelle. Aujourd’hui, que reste-t-il de la révolution et de l’ambition maoïstes ? La Chine a décollé économiquement. Il le fallait pour sortir de la misère.

A quel prix humain, écologique, spirituel ? ....

 Texte de l'intervention d'Arnaud Favart à l'attention de frère Paul >>><<<<

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.